EFE / EPA / CHRISTOPHE ARCHAMBAULT . / EPA / CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

Bruxelles, 13 janvier . .- Le PDG de la société pharmaceutique Pfizer, Albert Bourla, a déclaré mercredi que le vaccin contre Covid-19 qu’ils ont développé en collaboration avec BioNTech a montré une efficacité élevée contre de nouvelles variantes du virus dans expériences faites jusqu’à présent, bien que les résultats cliniques doivent encore être analysés pour être certains.
«Nous avons fait plusieurs expériences ‘in vitro’ et il semble y avoir une très, très haute efficacité du vaccin Pfizer / BioNTech contre les deux nouvelles variantes, à la fois les variantes britanniques et sud-africaines», a déclaré Bourla lors d’une conférence sur l’Union européenne et la santé organisée par le Parti populaire européen (PPE).
C’est “une indication très claire, mais il faut aussi mesurer les résultats cliniques pour être sûrs. Mais, à mon avis, je pense que les résultats seront très positifs”, a-t-il ajouté.
Bourla a expliqué qu’en ce moment, la société pharmaceutique analyse si, en plus de se protéger contre Covid-19, son vaccin empêche le transfert du virus, ce sur quoi il n’y a toujours pas de résultats concluants.
Chez les animaux – a-t-il dit – une “protection significative” a été détectée en termes de transfert du virus et, bien qu’elle n’ait pas encore été testée chez l’homme, Pfizer dispose de “données encourageantes” et pourrait en savoir plus à ce sujet en février prochain.
Le PDG de la société pharmaceutique américaine a déclaré qu’à l’heure actuelle, ils concentrent leurs efforts sur l’amélioration de leur capacité à produire le vaccin dans le monde entier et espèrent «augmenter considérablement» la production.
«Nous espérons être en mesure de délivrer 2 milliards de doses cette année, contre 1,3 milliard que nous avions auparavant, et les efforts ne s’arrêtent pas», a déclaré Bourla, qui a attribué les goulots d’étranglement au fait que c’est la première fois que ce vaccin est produit et cela se fait en quantités extraordinaires.
L’UE, a-t-il ajouté, a agi “assez rapidement, notamment dans cette deuxième phase”, pour sécuriser un nombre important de doses du vaccin Pfizer / BioNTech, dont une grande partie arrivera prochainement.
Plus précisément, la Commission européenne a négocié avant que l’efficacité du vaccin ne soit confirmée un contrat pour en obtenir 200 millions de doses, avec l’option supplémentaire d’en recevoir 100 millions supplémentaires.
Bruxelles a mis en œuvre cette option après l’autorisation de l’utilisation du vaccin dans l’UE et, sur ces 100 millions, 50 millions de doses seront livrées au deuxième trimestre 2021, selon Bourla.
En janvier, la Commission a conclu un nouvel accord pour obtenir 300 millions d’euros supplémentaires et, sur ce montant, 75 millions arriveront également au deuxième trimestre de l’année.
Ces montants s’ajoutent aux doses qui arrivent déjà pour les campagnes de vaccination dans différents pays européens, où les critiques sont venues en raison de la lenteur de l’effort de vaccination.
Bourla a dit, d’autre part, qu’ils évaluent s’il est possible “de produire une version qui peut être publiée” des contrats signés entre Pfizer et BioNTech et l’UE puisque, bien que confidentiels, en Europe “c’est devenu un problème très raisonnable”.