Accueil News International “Quelques progrès” dans les négociations post-Brexit, bien que les divergences persistent

“Quelques progrès” dans les négociations post-Brexit, bien que les divergences persistent

Les négociations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne sur leur relation post-Brexit ont vu “quelques progrès” mais les divergences qui empêchent un accord persistent, à un moment où les équipes dialoguent lundi à Bruxelles pour éviter une rupture.

Le principal négociateur de l’UE, le Français Michel Barnier, a présenté lundi un aperçu de l’état actuel des négociations aux ambassadeurs européens auprès de l’UE et, séparément, aux membres d’une commission spéciale du Parlement européen.

Des sources concomitantes consultées par l’. ont indiqué que lors de la rencontre avec les diplomates, Barnier a assuré que des progrès timides avaient été accomplis, mais qu’il restait encore des divergences à surmonter pour aspirer à un accord.

L’une des sources diplomatiques a déclaré à l’. que des progrès avaient été réalisés “par petits pas” et que les accords étaient encore “fragiles”.

– “Nous sommes encore loin” –

Depuis que Londres a quitté l’UE le 31 janvier, les parties ont négocié un accord sur les relations à partir de 2021 mais n’ont jusqu’à présent pas été en mesure de parvenir à un accord général.

Les négociations ont été enfermées dans trois questions essentielles: l’accès des navires de pêche européens aux eaux britanniques, les règles de concurrence pour l’accès des entreprises britanniques au marché de l’UE et la gestion juridique de la future relation, en particulier le mécanisme de règlement des controverses.

Lors de leur entretien, Barnier aurait expliqué aux ambassadeurs que les pourparlers avaient permis d’avancer un “principe d’accord” sur le mécanisme de règlement des différends, bien que les Européens souhaitent le renforcer.

“Nous ne sommes pas encore là où nous voulons être, mais il y a eu des progrès”, a déclaré une source.

Sur la délicate question de la pêche, cependant, les pourparlers n’ont pas suffisamment avancé pour alimenter l’optimisme.

“Nous sommes encore très loin”, a commenté un autre diplomate consulté.

L’un d’eux a déclaré à l’. que “s’il y a des progrès sur la question de la pêche, il pourrait y avoir un accord dans les prochains jours”.

Une autre source européenne a déclaré à l’. qu ‘”il se pourrait qu’un chemin étroit vers un accord soit devenu visible, si les négociateurs parviennent à lever les derniers obstacles dans les prochains jours”.

Ce même lundi, le secrétaire britannique aux Affaires et à l’Énergie, Alok Sharma, a déclaré à la presse que «tout accord avec l’UE doit respecter le fait que nous sommes un pays souverain, un pays indépendant».

– “Il y a du mouvement” –

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a exprimé lundi un optimisme modéré lors d’un discours à Paris lors d’un événement marquant le 60e anniversaire de l’OCDE.

“Il y a du mouvement. Et c’est bien”, a déclaré le responsable allemand. “Nous parlons d’un nouveau départ avec un vieil ami. Nous essayons d’avancer une dernière étape, mais c’est une étape cruciale”, a-t-il ajouté.

Von der Leyen et le Premier ministre britannique Boris Johnson avaient annoncé mercredi soir qu’une décision ferme sur le sort des négociations serait prise dimanche. Cependant, la décision était … de poursuivre les négociations.

La nouvelle phase de dialogue n’a pas de délai précis, mais les équipes n’ont que 18 jours pour définir un accord qui doit encore être ratifié avant son entrée en vigueur.

Même après l’annonce de la continuité du dialogue, Johnson a déclaré à Londres que “la chose la plus probable maintenant” est que l’effort de négociation se terminera par un fiasco.

“Je dois répéter que le plus probable maintenant est, bien sûr, que nous devrions nous préparer à (couper définitivement les liens avec l’UE à la fin du mois dans) les termes de l’Organisation mondiale du commerce”, a déclaré le dirigeant conservateur.

De son côté, le secrétaire français aux Affaires européennes Clément Beaune a déclaré qu’il ne s’attendait pas à ce que les négociations aillent au-delà de “la semaine prochaine”.

ahg / moi