Accueil News International Russie.- Le Kremlin ne perçoit pas de «réciprocité» de la part des...

Russie.- Le Kremlin ne perçoit pas de «réciprocité» de la part des États-Unis ou de l’UE dans leurs tentatives de normalisation des relations

24/06/2020 Le président russe Vladimir Poutine prononce un discours sur la Place Rouge devant le Kremlin EUROPE RUSSIE INTERNATIONAL POLICY 2020 HOST PHOTO AGENCY / HANDOUT 24/06/2020 Le président russe Vladimir Poutine prononce un discours sur la Place Rouge devant le Kremlin EUROPE RUSSIE INTERNATIONAL POLICY 2020 HOST PHOTO AGENCY / HANDOUT

MADRID, 20 ANS (EUROPA PRESS)

Le Kremlin a déploré samedi le manque de “réciprocité” de la part des Etats-Unis ou de l’Union européenne dans les efforts du gouvernement russe pour normaliser les relations dégradées entre les deux puissances internationales, dans les premiers commentaires après le discours dur de ce vendredi. du président américain Joe Biden, qui a accusé le président de la Russie, Vladimir Poutine, d’exercer des tactiques d’intimidation.

“La Russie a été et continue d’être intéressée par l’établissement de bonnes relations avec les États-Unis et l’Union européenne. Nous faisons beaucoup pour cela, en essayant d’inciter nos collègues à montrer leur volonté de normaliser les relations”, a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dimitri Peskov.

“Nous ne réussissons pas toujours et nous ne voyons pas toujours la réciprocité, mais dernièrement, nous ne la voyons pas du tout”, a ajouté le porte-parole dans des déclarations recueillies par l’agence de presse officielle russe Spoutnik.

Lors de son discours de vendredi à la conférence de Munich sur la sécurité, Biden a appelé le Kremlin à s’abstenir de recourir à des tactiques d’intimidation et à permettre aux pays de choisir librement et “sans menace” leur propre avenir.

“Leurs dirigeants essaient de nous décrire comme si nous étions aussi corrompus qu’eux. Mais le monde, y compris les citoyens russes eux-mêmes, sait que ce n’est pas vrai”, a déclaré Biden, avant d’accuser le président russe Vladimir Poutine d’essayer “d’affaiblir les Européens. projet et unité transatlantique “parce que” il est beaucoup plus facile pour le Kremlin d’intimider des États individuels qu’au lieu de négocier avec une communauté unie “.

«Les défis avec la Russie sont différents de ceux de la Chine, mais ils sont tout aussi importants. Il ne s’agit pas d’une confrontation entre l’Est et l’Occident. Nous voulons un avenir où les pays pourront choisir leur voie sans menaces. Nous ne pouvons pas revenir aux blocs de la guerre froide », a ajouté le président qui a revendiqué l’intégrité territoriale de l’Ukraine dans le conflit entre Kiev et les républiques pro-russes autoproclamées de Donetsk et Lougansk.

En ce qui concerne l’UE, le 12 février, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré que Moscou serait prêt à rompre les relations avec l’UE, si les éventuelles nouvelles sanctions de Bruxelles mettaient en danger l’économie russe.

Cependant, Peskov a précisé plus tard que la Russie ne voulait pas rompre les liens avec le bloc communautaire, mais les développer, mais qu’en même temps Moscou était prête au pire scénario dans ses relations avec Bruxelles.