Le président américain Donald Trump prononce un discours le jour après que ses partisans ont pris d'assaut le Capitole américain (Donald J.Trump via Twitter / via REUTERS / Archive) Le président américain Donald Trump prononce un discours le jour après que ses partisans ont pris d’assaut le Capitole américain (Donald J.Trump via Twitter / via REUTERS / Archive)

Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a de nouveau condamné ce mercredi l’assaut sur le Capitole, veiller à ce qu’aucun de ses partisans ne puisse «jamais approuver la violence politique», dans une vidéo dans laquelle il n’a fait aucune référence à la mise en accusation contre lui approuvée quelques heures plus tôt par la Chambre des représentants.

“Je veux être très clair, Je condamne sans équivoque les violences de la semaine dernière “Trump a commencé par dire, faisant allusion à l’irruption massive de ses partisans dans le bâtiment du Congrès survenue le 6 janvier lors de la certification de la victoire de Joe Biden aux élections, événements qui ont fait cinq morts et des dizaines de blessés.

«Aucun de mes fidèles ne peut approuver la violence politique, il ne pouvait pas non plus manquer de respect aux forces de sécurité ou au drapeau des États-Unis, ni menacer d’autres Américains. Si vous faites l’une de ces choses, vous ne soutenez pas notre mouvement, vous les attaquez ainsi que le pays “, a déclaré le président sortant, qui quittera ses fonctions le 20 janvier.

Sur les rapports récents du FBI qui parlent de de nouvelles manifestations violentes possibles lors de l’inauguration de Biden sont prévues à cette date, Trump a demandé à ses partisans “de réfléchir à des moyens d’apaiser les tensions et de promouvoir la paix dans le pays”.

«Tout Américain a le droit d’être entendu de manière pacifique et respectueuse, mais je ne saurais trop insister sur le fait qu’il ne devrait y avoir ni violence, ni infraction à la loi, ni vandalisme, tout le monde doit suivre les instructions des forces de sécurité», A-t-il indiqué.

Au cours de l’assaut sur le Capitole qui a eu lieu le 6 janvier, lorsque Les partisans de Trump ont franchi les barrières de sécurité et sont entrés de force dans l’enceinte du Congrès américain, cinq personnes ont perdu la vie, dont deux policiers (dont l’un a été battu à mort) et trois manifestants (dont l’un a reçu une balle dans la poitrine).

“J’ai donné l’ordre aux agences fédérales de sécurité d’utiliser toutes les ressources nécessaires pour maintenir l’ordre”, a-t-il souligné.

Trump a également évoqué dans la vidéo la décision récente de nombreux réseaux sociaux, dont Twitter et Facebook, d’annuler leurs comptes personnels après avoir interprété que le président, qui accuse sans preuves d’avoir été victime de fraude et ne reconnaît toujours pas les résultats des élections, il avait harangué ses partisans pour qu’ils prennent violemment d’assaut le Capitole.

“Je veux dire quelques mots sur l’attaque sans précédent contre la liberté d’expression ces derniers jours”, a commencé à dire.

«Les efforts pour censurer, annuler et mettre sur liste noire nos concitoyens sont erronés et dangereux. Ce dont nous avons besoin, c’est de nous écouter les uns les autres », expliqué.

À la fin, Trump a appelé «tous les Américains» à «surmonter les passions du moment» et à se rassembler en un seul peuple.

Mais à aucun moment de la vidéo, prétendument enregistrée auparavant, Il a évoqué la mise en accusation contre lui approuvée par la Chambre des représentants du Congrès des États-Unis mercredi, précisément après l’avoir accusé d ‘”incitation à l’insurrection” lors des événements du 6 janvier.

La résolution a été approuvée par 232 voix pour et 197 contre, et commence la destitution au Sénat. S’il est reconnu coupable, un fait qui se produirait après la remise du pouvoir en raison du moment choisi pour le processus, Trump sera disqualifié de la fonction publique à l’avenir.

Continuer à lire:

La Chambre des représentants des États-Unis a voté en faveur de la destitution de Donald Trump

Pourquoi la destitution de Trump peut se poursuivre même après son départ de la Maison Blanche

Le leader républicain au Sénat n’exclut pas de voter en faveur de la condamnation de Trump en destitution