Tata: un retour historique au Red Bull Batalla de los Gallos

“Argentine, je suis né pour ça”, avec cette phrase dont beaucoup se souviendront de la bataille historique avec Kodigo en 2015, Tata résume pourquoi huit ans après son premier titre, il est le nouveau champion de la Finale nationale Red Bull Batalla de los Gallos Argentine. La scène est une ronde où les juges, le DJ, le présentateur et les participants regardent le centre de la scène, ainsi que dans les sous-compétitions où chacun a forgé ses propres styles, très variés entre eux. Le tournoi a eu plus de 800 mille vues sur la chaîne officielle de Taureau rouge (la Télévision publique a également diffusé l’événement) et il s’est tenu pour la première fois dans un studio de télévision et sans la présence du public.

La compétition a réussi à atteindre une énorme attente dans la précédente, principalement en raison de la grille de concurrents: des rappeurs historiques qui sont revenus de longues escales et de jeunes promesses. Cependant, ce fut un tournoi assez terne en termes de performances, sans grandes rimes ni limites. Le manque de public, bien sûr, a contribué à la finale quelque peu décalée. Quoi qu’il en soit, Tata était un champion juste qui devra représenter le pays dans le Finale internationale qui se tiendra le 12 décembre à République Dominicaine.

La finale, contrairement aux autres instances, était avec trois tours: cinq entrées a cappella par concurrent, une minute avec des émoticônes pour chaque rappeur et un 4×4 gratuit. La confrontation entre Loup, dernier finaliste, et Tata, le seul champion parmi les concurrents, n’a pas fait de compromis. Chacun exposait ses armes, le champion avec son flow et le finaliste avec ses rimes acérées. Sans trop se montrer, et avec une réponse (quelque chose comme un tour pour nouer la cravate) à travers, mais avec la fluidité qui la caractérise depuis des années, le vainqueur de la finale nationale 2012 a pu répéter le résultat et devenir le nouveau double champion argentin.

image-infobae

La bataille qui a commencé la journée historique était entre l’un des débutants et celui qui serait champion: Kusa contre Tata. Le premier tour, avec les participants un peu froids, a été égal. Cependant, dans la minute de sang, c’est Tata qui a montré pourquoi il était au plus haut niveau depuis tant d’années. La fin de sa minute libre a suffi à remporter à l’unanimité la première traversée de l’après-midi.

La seconde face Zaina, l’une des jeunes promesses de la scène, et MP, un concurrent avec beaucoup d’histoire dans les carrés – “de la litière des pibes del Quinto”, comme le rappeur limité par Cinquième étape, le célèbre sous-concours qui a eu lieu dans le parc Rivadavia. L’expérience, enfin, et quelques rimes épicées, ont donné la victoire à MP.

La prochaine confrontation a eu lieu entre Rome Oui Mèche. Le premier tour a trouvé Roma un peu mieux, fluide plus confortable. Mais le rappeur né en Cordoue il a su renverser la vapeur avec une minute gratuite hermétique et impeccable, où il n’a laissé aucune chance à Roma de lancer une réponse à tout ce qui rimait. Ainsi, Mecha s’est conformé à la logique et a pris sa première bataille à l’unanimité.

image-infobae

La dernière confrontation de la clé a eu lieu entre Nacho Oui Brasita. Le flux du dernier champion de Fédération féminine de freestyle (Triple F) était sa plus grande force, mais il semblait qu’il s’attendait à ce que Nacho le rime pour être une femme, quelque chose d’assez commun dans les batailles mais cela, cette fois, ne s’est pas produit. En vote divisé –Tonnerre il a voté la réponse – la bataille était pour celui qui est né à Morón.

La première confrontation de l’autre clé a mis deux candidats en compétition pour la couronne de champion, Manipuler Oui Stuart. Ce dernier a pris une légère avance lors du premier tour de 120 secondes, mais son rival a pu l’égaler lors de la minute libre. Ainsi eut lieu la première réponse de l’après-midi. Après le bris d’égalité 4×4 en 120 secondes, c’est Cacha qui a remporté la victoire, non sans controverse également.

La bataille suivante était entre les Mendoza Sous Oui Klan. C’est une confrontation qui apporte toujours de bonnes rimes et qui est devenue un classique ces dernières années (notamment à cause des croisements en FMS). Cette fois, c’était, en guise de réponse, pour le natif de la région sud de la province de Buenos Aires Klan. Sans aucun doute, le concurrent Red Bull qui représente le plus le rap, ce que ses rivaux confirment toujours.

image-infobae

Puis ce fut au tour de l’un des participants les plus attendus de la journée. Acru, qui est revenu chez Red Bull après cinq ans, a dû affronter Tiago, l’un des rappeurs avec le plus d’avenir. Avec un pas irrégulier, Acru ne pouvait tenir ni dans la bataille ni dans la réplique, raison pour laquelle Tiago a fini par remporter la victoire. Mention spéciale pour la comptine d’Acru dans laquelle il a tourné que si Cerbère (Rappeur mythique vénézuélien) encore en vie ferait une collaboration avec lui.

Enfin vint la bataille entre Dani, dont le retour a suscité beaucoup d’attentes, et Loup, le finaliste actuel. Au cours des 120 premières secondes, il était plus à l’aise pour couler et appliquer les thèmes au fan de Racing. Il s’est entretenu avec le jury et a assuré qu’ils avaient donné la réplique à son rival, qui n’a pas pu finir de s’installer pendant toute la confrontation. La définition était, sans aucun doute, pour Wolf.

En quart de finale, le premier tour a invité les concurrents à rimer pendant 60 secondes avec des mots apparaissant sur les écrans. Le deuxième tour, en revanche, a donné aux participants une minute gratuite pour afficher tous leurs talents.

Des visages ont été vus au premier quart de finale Tata Oui MP. Ce dernier semblait être un peu au-dessus de son rival tout au long de la bataille mais dans la réplique, il ne pouvait pas s’accommoder, donc le champion Red Bull en 2012, basé sur de bonnes réponses et beaucoup de fluidité, a pu transformer le résultat et passer à les demi-finales.

image-infobae

Nacho Oui Mèche Ils furent les suivants à se mettre au centre du studio pour donner leur propre spectacle, qui, après deux répétitions, fut une victoire pour les Cordoue. Une bataille qui a trouvé Mecha un peu au-dessus de son rival aussi bien dans les deux premiers rounds que dans les répliques. Les deux duels suivants ont été des triomphes pour les historiques: Klan, qui faisait face à Cacha, et Loup qui a éliminé Tiago.

Au début des demi-finales, il mettrait sur scène une boîte avec des objets pour chaque concurrent. Ils devaient rimer cinq motifs a cappella avec les différents éléments qu’ils pouvaient trouver dans leur coffre. Le deuxième tour, le classique 120 secondes en 4×4. Tata face à Mèche C’était la première demi-finale, qui montrait le rappeur historique dans son meilleur moment, coulant sur l’instrumental car lui seul sait le faire et le jury lui a donné le laissez-passer pour la finale.

Alors que l’autre croisement faisait face à deux des freestylers les plus bruts de la scène comme Klan Oui Loup. C’était une bataille très hardcore, avec des rimes dures et pointues, toujours à la limite. Deux rappeurs qui se connaissent depuis de nombreuses années et qui savaient qu’il serait difficile de battre l’adversaire. Enfin, Wolf a remporté pour la deuxième année consécutive le laissez-passer pour la grande finale.

Cette édition a été marquée par de nombreuses nouveautés qui, espérons-le, deviendront une constante dans les années à venir. De plus en plus de femmes en compétition et de jeunes qui ont cessé de l’être promettent de devenir réalité accompagnés de personnages historiques qui, avec niveau et talent, continuent de parler pour leur niveau de compétitivité.

J’ai continué à lire:

Tonnerre, champion et idole du rap actuel: “Je sens la voix de beaucoup de gens qui ne savent pas parler”

Skone, champion de la Batalla de los Gallos España 2020: “Il n’y a rien de plus hip hop que de remplir le réfrigérateur de sa mère”