Accueil News International Une série de livres pour réfléchir au journalisme

Une série de livres pour réfléchir au journalisme

Une série de livres pour réfléchir au journalisme (Shutterstock.com) Une série de livres pour réfléchir au journalisme (Shutterstock.com)

Dans un contexte de transformations technologiques, de prolifération des contenus numériques, de concentration médiatique et de précarité de l’emploi, les journalistes de différentes générations et carrières professionnelles se consacrent à une réflexion sur leur métier à partir de recherches, d’entretiens avec des collègues et de rapports de situation qui travaillent sur des livres publiés dans le récent ans et nous permettent de dresser un panorama des dilemmes, défis et contradictions d’un travail en transformation.

Reconnue comme une activité essentielle pendant la pandémie, la tâche d’information a été remise en question et débattue ces dernières années et plusieurs professionnels qui la pratiquent en Argentine, dans les sphères publique et privée, ont été encouragés à en faire l’objet de leurs derniers ouvrages.

Parcourir ces éditions permet de constater que la pérennité des médias et la précarité des journalistes sont deux des points à problématiser pour réfléchir à leur continuité et leur renforcement. Voici un tour d’horizon des œuvres qui peuvent établir des dialogues pour repenser la situation.

Sébastien Lacunza se rassemble dans Pensez au journalisme des entretiens avec des rédacteurs en chef de journaux argentins qui délimitent une perspective chorale sur le développement du commerce à partir des salles de rédaction, et ce, en enquêtant sur le réseau d’intérêts construit dans les médias.

  Journalisme de réflexion (Editions B) Journalisme de réflexion (Editions B)

Publié en 2017 par Ediciones B, le livre se concentre sur les rédactions, sur ceux qui les amènent à réfléchir sur la crise de la profession et des médias, et en plus de dresser un panorama sur les problèmes actuels du journalisme au niveau national et international. , propose des entretiens avec onze éditeurs, tels que Hugo Alconada Mon, Luis Bruschtein, Julio Blanck, Gustavo Cirelli, María Seoane, Carlos Guyot Oui Jorge Fontevecchia.

Le souci des conditions de travail de ceux qui vivent dans les rédactions, les chaînes de télévision et les studios de radio est au cœur de Journalisme: mode d’emploi, le livre pensé par Reynaldo Sietecase dans lequel il a convoqué des collègues comme Martín Caparrós, Leila Guerriero, Graciela Mochkofsky, Noelia Barral Grigera Oui Natali Schetjman, entre autres, pour réfléchir à leur parcours professionnel, aux transformations de la profession et aux défis dans l’accomplissement de cette tâche.

Dans les textes à la première personne qui composent la publication également récente d’Editorial Prometeo, par exemple, l’expérience de Mochkofsky dans les rédactions de Página / 12 et La Nación coexiste avec celle de Caparrós dans le New York Times, dont il raconte pourquoi a décidé de partir, et combiner avec le compte de l’enquête sur Hugo Alconada Lun sur les comptes HSBC en Suisse, connus sous le nom de SwissLeaks.

Clics, précarité et résistance dans le journalisme (Syncopa) Clics, précarité et résistance dans le journalisme (Syncopa)

Afin de rendre compte d’un état de l’art, Luciano Saliche Oui Andres Correa ils ont écrit le récent Clics, précarité et résistance dans le journalisme, dans lequel tout au long de cinq chapitres ils analysent les façons d’exercer le métier alors que la course au clic se développe, où l’urgence de la visite des portails semble être la prémisse.

Edité par Síncopa, le livre analyse également la portée d’un nouveau concept qui s’impose: le SEO (Search Engine Optimization ou en espagnol optimisation pour les moteurs de recherche) connu de ceux qui travaillent sur les portails et le caractérisent comme essentiel lors de la génération de nouveau contenu pour sa centralité pour améliorer le positionnement des moteurs de recherche.

Mais il y a aussi des textes qui abordent les conditions de travail des journalistes à ce stade marqué par la précarité, l’expansion des réseaux sociaux et les inquiétudes sur la pérennité des médias. Dans cette ligne, les œuvres de Barral Grigera et Schejtman sont enregistrées, qui se concentrent respectivement sur les travailleurs indépendants et «la jungle numérique» qui conditionne l’exercice du métier.

En d'autres termes (point de rencontre) En d’autres termes (point de rencontre)

Pour tenter de réfléchir aux transformations mais surtout aux expériences de ceux qui font du journalisme aujourd’hui, Carlos Ulanovsky est allé à la rencontre de 35 jeunes journalistes, parmi lesquels Luciana Bertoia, Diego Igal, Juan Amorín, Victoria De Masi Oui Ari Lijalad, et produit En d’autres termes, un livre qui met l’accent sur l’écart et la précarité en tant que variables qui animent les conversations.

Publié par la maison d’édition Punto de Encuentro, l’œuvre d’Oulanovsky peut être lue comme la photo d’une génération de travailleurs de la presse à une époque de transition dans le journalisme où, comme l’auteur l’avertit dans le prologue, il y a une lutte entre le modèle analogique, qui génère toujours des retombées économiques, et le numérique “qui nous donne une promesse quotidienne fascinante, mais à laquelle même les médias les plus établis du reste du monde n’ont pas trouvé de réponse durable adéquate”.

Source: .

JE CONTINUE DE LIRE

Héctor Olivera: “Que Néstor Kirchner ait participé en tant que figuré à” La patagonia rebelde “est un non-sens qu’il a lui-même inventé”

Cortázar, une marelle infinie