UNE

Une rave illégale prévue dans un tunnel ferroviaire désaffecté contre les règles de verrouillage a été déjouée par la police dans le sud-est de Londres.

Les officiers et le personnel du conseil ont découvert du matériel de sonorisation, des barrières, un bar temporaire et une table de DJ installés à Dulwich Wood, un perchoir de chauves-souris enregistré, après avoir cassé des verrous sur les portes du tunnel.

Il y avait aussi un grand rideau noir obscurcissant l’entrée de la salle afin que les fêtards ne soient pas vus.

Tout l’équipement a été saisi et emmené au poste de police par des agents du Met de Lambeth et Southwark, en collaboration avec le Département de la faune du Conseil de Southwark.

Le complot a été découvert le 6 janvier. S’il est retrouvé, l’organisateur risque une super-amende de 10 000 £ pour avoir enfreint les règles de Covid-19.

(DJ stand à une rave illégale à Dulwich Wood / Metropolitan Police)

Près de 45 000 amendes ont été infligées à des personnes à travers le Royaume-Uni pour avoir enfreint les lois interdisant de quitter leur domicile sans excuse raisonnable.

Le président du Conseil national des chefs de police, Martin Hewitt, a averti que les agents ne «perdraient pas de temps» à essayer de raisonner avec des gens qui «n’ont aucun respect» pour la sécurité des autres.

Le sergent de police Jonathan Adams, qui couvre les quartiers plus sûrs de Dulwich, a déclaré: «Cet ancien tunnel ferroviaire nous était connu comme un endroit où les gens organisaient des événements musicaux sans licence, propageant très probablement Covid et mettant eux-mêmes et les autres en danger.

«Non seulement ils auraient irrité les résidents locaux en accueillant cet événement illégal, mais le tunnel est un site protecteur pour les chauves-souris, ce qui prouve que ces événements ne perturbent pas seulement les humains, mais aussi la faune locale et unique qui y vit.»

(Bar temporaire à une rave illégale à Dulwich Wood / Metropolitan Police)

La conseillère Evelyn Akoto, membre du Cabinet chargé de la santé publique et de la sécurité communautaire, a déclaré: «Je suis horrifiée que quiconque ait si peu de respect pour lui-même ou pour les autres, qu’il assiste à une rave illégale au plus fort d’une pandémie.

«Nous continuons à aider la police à trouver et à fermer les lieux où des raves illégales pourraient être tenues. Ce n’est qu’en travaillant ensemble que nous pourrons empêcher de tels événements dangereux, irréfléchis et illégaux de se produire. »