Accueil News Les poursuites pour viol viables “ abandonnées grâce à la cible de...

Les poursuites pour viol viables “ abandonnées grâce à la cible de condamnation du CPS ”, déclarent les militants à la Haute Cour

V

Les poursuites pour viol ont été abandonnées par le CPS après un changement d’approche pour tenter d’obtenir un taux de condamnation plus élevé, ont déclaré aujourd’hui des militants à la Haute Cour.

Le Center for Women’s Justice (CWJ) et la coalition End Violence Against Women (EVAW) affirment que les procureurs ont été laissés dans le «désordre» lorsqu’une cible de condamnations dans 60% des cas de viol a été introduite en 2016.

La directrice des poursuites pénales de l’époque, Alison Levitt QC, a fait le tour du pays en insistant sur une “ approche fondamentalement différente ” des viols présumés, a déclaré le groupe, le liant à une baisse du nombre d’affaires inculpées entre 2016 et 2018.

Phillipa Kaufmann QC, représentant des militants, a déclaré lors d’une audience de révision judiciaire de la Haute Cour ce matin qu’il y avait eu une baisse de 45% des affaires de viol inculpées entre 2017 et 2018.

Elle a déclaré que les procureurs avaient auparavant été «incités» à adopter une «approche fondée sur le mérite» pour évaluer s’il fallait inculper chaque cas de viol, mais que la référence à cela avait été supprimée du nouveau matériel de formation.

«À partir de septembre 2016, le DPP a décidé d’adopter une approche fondamentalement différente», a déclaré Mme Kaufmann. «Elle a décidé de supprimer complètement l’approche fondée sur le mérite.»

Elle a fait valoir que la combinaison du changement de langage et de la cible de la condamnation avait créé une «confusion désordonnée et boueuse» pour les procureurs du pays.

“Cela a donné le message qu’ils devraient atteindre cet objectif, quelque chose n’allait pas dans leur prise de décision parce qu’ils n’atteignaient pas cet objectif”, a déclaré Mme Kaufmann.

«Le message comportait évidemment le risque que certains procureurs finissent par penser que l’approche fondée sur le mérite ne s’applique pas, qu’ils ont mal appliqué le test parce qu’ils n’ont pas obtenu suffisamment de condamnations.

«Vous vous êtes retrouvé avec le risque que les procureurs ne poursuivent pas les affaires qui satisfont au test complet du code.»

Le CPS défend la procédure de contrôle judiciaire, arguant qu’il n’y a pas eu de changement fondamental dans son approche des affaires de viol.

«Nos procureurs qualifiés sont expérimentés et hautement qualifiés pour s’assurer que les criminels peuvent être traduits en justice», a déclaré un porte-parole avant l’audience.

«Quelle que soit la difficulté de l’affaire, chaque fois que notre critère juridique est satisfait, nous cherchons toujours à porter plainte.

«Les inspecteurs indépendants n’ont trouvé aucune preuve d’une approche averse au risque et ont signalé une nette amélioration de la qualité de notre prise de décision juridique dans les affaires de viol.

«Les principes de l’approche fondée sur le mérite sont inscrits dans le Code des procureurs de la Couronne, qui guide chaque décision d’inculpation.

«Avec la police, nous restons déterminés à apporter des améliorations réelles et durables à la façon dont ces horribles infractions sont traitées, afin que chaque victime se sente en mesure de se manifester avec la certitude que sa plainte fera l’objet d’une enquête approfondie et, là où les preuves le soutiennent, inculpée et poursuivi. »

Mme Kaufmann a salué le «formidable» travail du CPS entre 2010 et 2016 pour augmenter le nombre d’allégations de viol ayant conduit à des accusations criminelles, et un travail accepté a été fait depuis 2018 pour améliorer la situation.

Mais elle a déclaré que la contestation judiciaire restait importante pour évaluer si le CPS et le directeur du ministère public avaient agi illégalement lorsqu’ils traitaient des affaires de viol pendant cette période.

«C’est un domaine exceptionnellement sensible, où ce que fait le DPP a des répercussions massives sur les femmes et leur confiance», a-t-elle déclaré.

«C’est une infraction qui, historiquement, a fait l’objet de poursuites épouvantables, qui s’est traduite par très peu de condamnations et qui a périodiquement suscité de très graves préoccupations dans le public.

Les chiffres du CPS publiés en juillet dernier ont montré que le nombre de poursuites pour viol achevées en Angleterre et au Pays de Galles a atteint un niveau record en 2019/20, avec 2102 poursuites, contre 3034 en 2018/19, soit une baisse d’environ 31%.

Le Lord Chief Justice Lord Burnett of Maldon, Lord Justice Holroyde et Lady Justice Elisabeth Laing entendront le contrôle judiciaire au cours des deux prochains jours.