COVID-19 :

Le président Pedro Sánchez a prévenu ce dimanche que Noël prochain sera «différent, bien que plus sûr», En raison des mesures prises pour lutter contre la pandémie de coronavirus qui a déjà été facturée plus de 70 000 euros en Espagne.

«Nous passerons entre l’envie d’être accompagnés et de s’embrasser, et l’obligation de se protéger. Le Conseil interterritorial dans lequel sont présentes toutes les communautés autonomes et le ministère de la Santé travaille à un planning qui nous permet de conjuguer les deux souhaits », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

«Tout au long de notre vie», a-t-il ajouté, «pour montrer que nous nous aimons, nous nous sommes embrassés. Ce Noël, nous devrons peut-être le faire à distance car la priorité doit être d’éviter une troisième vague.

Le président a assuré que le gouvernement “est conscient de la fatigue des citoyens” dans la lutte contre la pandémie. C’est pourquoi il a consacré un long chapitre de remerciements «aux professionnels de santé qui sauvent des vies, aux scientifiques qui travaillent sur le vaccin qui ouvre un horizon d’espoir, aux forces de sécurité de l’État, à l’armée qui protège les compatriotes en agissant. En tant que trackers, les personnes qui gardent l’esprit actif, comme les enseignants et les psychologues, le monde de la culture et du sport pour leurs sacrifices, nous ne vous oublierons pas, les jeunes qui doivent contenir leur vitalité, les personnes âgées qui ils apportent la sérénité aux femmes qui sont majoritaires parmi le personnel de santé, d’alimentation, de nettoyage… »Aucun groupe n’a été laissé sans leur mention spéciale dans le discours du Premier ministre.

Pedro Sánchez a fait ces déclarations lors de la conférence de presse offerte à l’occasion du sommet du G-20 sur le commerce, auquel l’Espagne assiste en tant qu’observateur invité, bien que le président socialiste ait tenté de se donner un rôle de premier plan.