Accueil News Santé Coronavirus : Bonus de Noël en décembre: est-il facturé si vous êtes...

Coronavirus : Bonus de Noël en décembre: est-il facturé si vous êtes en ERTE ou en arrêt maladie?

COVID-19 :

L’article 31 du statut des travailleurs comprend le ddroit des travailleurs de bénéficier de «deux primes extraordinaires, l’une à l’occasion des vacances de Noël et l’autre le mois fixé par convention collective». Dès lors, avec l’arrivée des dates clés de décembre, des doutes surgissent.

Il existe plusieurs façons d’obtenir les primes contenues dans le statut des travailleurs. L’un d’eux est de répartir le salaire au prorata, c’est-à-dire qu’il est réparti dans les salaires mensuels. Une autre possibilité est que le paiement soit effectué annuellement au mois de décembre et, finalement, distribué semestriellement, avec l’un d’eux à la fin du mois de juin et un autre à Noël.

Le montant des paiements doit être établi dans la convention collective. Les accords sont des règles qui régissent les relations de travail dans l’environnement d’une entreprise, c’est-à-dire que c’est l’accord entre les employeurs et les travailleurs qui régit leurs droits et devoirs. C’est donc l’entente qui régit la manière de percevoir la paie, son montant et s’il y a droit à celle-ci dans des situations exceptionnelles, comme en cas de congé de maladie.

Ai-je le droit de payer si je suis chez ERTE?

Les travailleurs d’ERTE ne génèrent pas de vacances ni de paiements exceptionnels, le contrat de travail étant suspendu. Par conséquent, bien que cela dépende du type d’ERTE et de la manière dont les bonus extraordinaires sont payés, À moins que la convention collective n’indique le contraire, les travailleurs n’auraient pas droit à un salaire supplémentaire. Cependant, explorons les bizarreries:

-ERTE suspension. Par exemple, Un travailleur qui est à ERTE depuis trois mois et qui reçoit des paiements tous les six mois devrait recevoir la moitié du salaire établi. Si la rémunération avait été perçue annuellement, la partie proportionnelle devrait être soustraite des mois au cours desquels aucun travail n’a été effectué.

-Réduction d’ERTE. Dans ce cas, le droit à un supplément de salaire serait généré, bien que, évidemment, uniquement en proportion des heures travaillées. Par exemple, un travailleur avec une réduction de 25% des heures de travail pendant trois mois accumulera pour sa rémunération supplémentaire les heures travaillées pendant cette période, soit 75%.

Que se passe-t-il en cas d’incapacité temporaire?

Encore une fois, si le travailleur est en congé de maladie, ce sera la convention collective qui certifiera si l’employé a droit à la rémunération supplémentaire. Comme dans le cas de l’ERTE, le contrat de travail est suspendu, de sorte que le droit à une gratification extraordinaire n’est pas généré. Pour lui, Comme dans le cas précédent, un supplément de salaire correspondrait aux heures travaillées.