Accueil News Santé Coronavirus : La ministre de la Santé du PSOE à La Palma,...

Coronavirus : La ministre de la Santé du PSOE à La Palma, Susana Machín, se faufile également dans la vaccination

COVID-19 :

Le ministre de la Santé du Cabildo de La Palma, le socialiste Susana machin, est le dernier à rejoindre la liste des politiciens du PSOE qui ont sauté le vaccination. Malgré l’irrégularité, le Gouvernement des îles Canaries est sorti en défense de Machín accusant le directeur médical de la Centre de santé sociale Hôpital Nuestra Señora de los Dolores, un centre qui dépend du Cabildo.

La liste des politiciens qui sautent les protocoles de vaccination ne cesse de s’allonger. Et les excuses sont toujours les mêmes. Ou il y avait beaucoup de vaccins, comme les maires de la PSOE valencien qui ont déclenché les premiers scandales, ou bien blâment les responsables des hôpitaux et des centres de santé parce qu’ils marquent qui est vacciné et qui ne l’est pas.

Telle est précisément l’excuse utilisée par le gouvernement socialiste des îles Canaries pour disculper le ministre de la Santé du Cabildo de La Palma. Le ministère de la Santé des îles Canaries a précisé que le poste de direction du PSOE Susana Machín ne figurait pas sur la liste de vaccination reçue par le SCS en référence au Centre de santé sociale susmentionné le 23 décembre.

Selon le ministère, ce point a été accrédité par les rapports du directeur de la zone de santé de La Palma, ainsi que par le service informatique du ministère de la Santé, qui est chargé de documenter ce processus de vaccination.

Le département régional ajoute que le directeur médical de Nuestra Señora de los Dolores a indiqué dans un rapport adressé au SCS que “dans les listes du personnel devant recevoir la vaccination, qui ont été initialement envoyées au SCS, il n’était pas inclus, par le personnel administratif qu’il l’a renvoyé à certaines personnes qui devraient figurer sur la liste, mais qui n’appartiennent pas au personnel du Centre.

Cependant, selon ledit rapport, le directeur médical du Centre a donné des instructions pour les inclure dans le personnel à vacciner, lorsque cela a été effectué par le personnel du SCS qui s’est rendu au Centre de santé sociale.

Comme indiqué par le ministère de la Santé, le directeur médical justifie sa décision dans son rapport, faisant allusion au fait que «dans la stratégie de vaccination contre le COVID-19 en Espagne, il établit que le premier groupe prioritaire de vaccination est celui des résidents et du personnel. les agents sanitaires et sociaux qui travaillent dans les maisons de soins infirmiers; en précisant également que toutes les personnes qui travaillent dans ces centres, y compris celles qui exercent des fonctions autres que la fourniture de services de santé sont incluses dans cette catégorie.

Dans le cas du conseiller, et citant toujours le rapport du directeur médical, “Susana Machín a également été incluse, puisqu’elle se rend au centre où elle a un bureau quotidiennement, interagissant avec les patients, les membres de la famille et avec le reste des travailleurs sur une base continue.”

Le conseiller murcien a démissionné

La conseillère du PSOE Susana Machín devrait par responsabilité et à titre d’exemple suivre le même chemin que le Ministre de la Santé de la Région de Murcie, Manuel Villegas, qui a également été «chassé» en sautant les protocoles de vaccination et a démissionné.

Villegas, alors que La Verdad avançait, a été vaccinée la semaine dernière avec des centaines de fonctionnaires qui travaillent dans les bâtiments du ministère et du système de santé de Murcie, bien que, comme établi par le protocole du ministère de la Santé, dans cette phase ne correspondait la vaccination des résidents et du personnel des centres de santé ou qui «mènent spécifiquement des activités nécessitant des contacts étroits avec des personnes susceptibles d’être infectées par le SRAS-CoV-2, c’est-à-dire en fonction du risque d’exposition et de transmission».

Dans une apparition, ce mercredi, à l’Assemblée régionale, Villegas a expliqué que 466 responsables ont déjà reçu la première dose du vaccin et l’ont considérée comme couverte par le protocole national puisque, a-t-il dit, ils sont des agents du système de santé et l’objectif est «d’éviter épidémies dans les centres. Il a ainsi défendu que sa vaccination est prise en charge par la Santé puisqu’il est médecin et appartient «au groupe 3», comme «les autres travailleurs des centres de santé et de santé sociale».