Accueil News Santé Coronavirus : Le gouvernement exclut un nouveau confinement à domicile mais ouvre...

Coronavirus : Le gouvernement exclut un nouveau confinement à domicile mais ouvre pour prolonger le couvre-feu

COVID-19 :

Le gouvernement n’envisage pas de reconstituer un confinement à domicile pour faire face à la troisième vague de la pandémie de coronavirus qui ne cesse de croître en Espagne. Cela a été défendu par le ministre de la Santé, Salvador Illa, lors d’une conférence de presse dans laquelle il n’a pas exclu de prolonger le couvre-feu actuel.

Il y en a déjà plusieurs communautés autonomes qui ont demandé à l’exécutif central de commencer à évaluer la possibilité de déclarer à nouveau un confinement national, mais Illa a révélé que ce n’est pas sur la table. Ce qu’ils pourraient faire, c’est prolonger les heures de couvre-feu.

Des communautés comme l’Andalousie ou Castilla y León ont déjà demandé que le couvre-feu commence à 20h00 l’après-midi. En fait, Castilla y León a déjà publié dans son Journal officiel que cette mesure entre en vigueur, bien que le gouvernement l’empêche de l’appliquer parce que, disent-ils, le décret de l’état d’alerte l’en empêche.

C’est aujourd’hui que le ministre de la Santé s’est ouvert pour permettre à cette mesure de stopper l’avancée de la pandémie. L’état actuel de l’alarme permet couvre-feu entre 22h00 heures de la nuit jusqu’à 7h00 du matin mais a assuré que «si nous devons revoir ce créneau horaire, nous le ferons en parlant à tout le monde».

Le ministre, qui a comparu ce samedi de la délégation du gouvernement à Barcelone, a indiqué que l’exécutif central “n’a jamais refusé d’écouter évaluer cette possibilité, mais qu’il est nécessaire de le faire avec les garanties juridiques maximales pour ne pas limiter les droits de l’homme.

«Le gouvernement espagnol sera toujours en faveur de toute mesure efficace pour pliez la troisième vague. Désormais, toutes les mesures doivent être adoptées avec une couverture juridique adéquate », a-t-il expliqué.

Face aux critiques de diverses communautés pour le refus de la Santé de les laisser appliquer leurs mesures, le ministre a exprimé sa poitrine et assuré qu’il est en contact avec les communautés autonomes et que prendre des décisions de manière coordonnée: “Nous allons exercer ce leadership partagé, je suis en dialogue avec les communautés autonomes, nous allons continuer à les écouter.”

L’un des messages qu’il a voulu clarifier au cours de son discours est le «non» du gouvernement à un nouveau confinement à domicile. Illa dit que cela n’est pas envisagé car l’état actuel de l’alarme fonctionne plier la courbe comme cela a été fait lors de la deuxième vague de la pandémie.

«Nous pensons qu’avec les instruments dont nous disposons, ceux fournis dans le état d’alarmeIl suffit de briser cette troisième vague », a-t-il assuré. L’état d’alarme prendra fin le 9 mai.

Illa a fait ces déclarations le lendemain de notre rencontre nouveau record d’infections en Espagne: Le coronavirus a laissé 40.197 nouveaux cas ce vendredi, un chiffre sans précédent dans toute la pandémie.

Illa a fait ces considérations dans une apparition dans laquelle il a rendu compte de la situation de la pandémie qui a quitté ce vendredi 40197 nouveaux cas, une figure de contagion quotidienne qui, encore une fois, est sans précédent.

Le pic des infections

Le pic des infections est très inquiétant et le gouvernement estime qu’il provient des vacances de Noël. Illa a également parlé de la présence du souche britannique super contagieuse en Espagne dont il y a déjà au moins 88 cas. Malgré ces infections, Illa dit qu’il y aura un peu plus d’une centaine de cas en Espagne et plusieurs centaines de cas suspects.

Il dit que les cas sont suivis avec “Beaucoup d’attention” et que de grands efforts de séquençage sont en cours.

Il a également révélé que l’exécutif central surveille également d’autres souches telles que sud-africaines et brésiliennes ils sont donc «en contact permanent avec les autorités européennes».

Pour Illa, ce qui explique l’augmentation des cas en Espagne à l’heure actuelle est l’effet réunions qui ont eu lieu à Noël. Le ministre a de nouveau demandé aux citoyens de suivre les recommandations des autorités sanitaires «à la lettre», aussi «drastiques qu’elles paraissent» parce qu’elles sont nécessaires.

À propos des maires vaccinés

En revanche, OKDIARIO a interrogé le ministre sur les maires socialistes qui se sont faufilés et se sont fait vacciner alors que ce n’était pas leur tour. Illa a évité de leur reprocher leur attitude et a demandé s’il considérait qu’ils devaient démissionner de leurs fonctions, le ministre s’est borné à dire que “Ici, nous devons tous montrer l’exemple”. Illa, en outre, a défendu que “les contrôles fonctionnent, puisque les cas ont été détectés”.

Plus précisément, il y a cinq maires espagnols qui, ces derniers jours, ont reçu la première dose du vaccin Pzifer. Quatre du PSOE et un de Junts per Catalunya.