Accueil News Santé Coronavirus : Le Mexique dépasse les 150000 décès avec des hôpitaux pleins...

Coronavirus : Le Mexique dépasse les 150000 décès avec des hôpitaux pleins et le président malade – .

COVID-19 :

MEXIQUE – Le pays a déjà dépassé 150000 décès dus au COVID-19 avec une pandémie déchaînée qui a submergé les hôpitaux de la capitale et a même infecté le président Andrés Manuel López Obrador, tandis que le gouvernement tente de le combattre avec un plan de vaccination qui progresse à un rythme lent.

Après les vacances de Noël et du Nouvel An, le pays a déjà largement dépassé son précédent pic de juillet et accumule déjà 1,77 million de patients après une semaine avec des enregistrements quotidiens d’infections et de décès.

HÔPITAUX PRESQUE SATURÉS
Le virus frappe la capitale du pays avec une force spéciale, qui, malgré la fermeture de toute l’économie non essentielle pendant la saison de Noël, n’a pas été en mesure d’arrêter la propagation des infections, ce qui a conduit les hôpitaux, où ils se trouvent, au bord de saturation.89% des lits de soins généraux et 85% des ventilateurs ventilateurs gravement malades sont occupés.

«Ils ne donnent toujours pas (mon père) de lit à cause de la situation où tout est saturé. Nous attendons et, tout d’abord, Dieu aura lieu», Omar Alexis Ramírez, l’un des 40 personnes réunies à la porte de l’hôpital de La Raza en attente de recevoir des informations sur leurs proches.

Le père d’Omar Alexis, 55 ans, a été sérieusement admis dans ce centre médical il y a trois jours, mais ils n’ont toujours pas pu lui attribuer de lit, alors son fils a remis mardi à l’hôpital un sac contenant du papier toilette, du savon, du dentifrice, une serviette et des tongs pour attirer votre attention.

La porte voisine attend Norma Ruiz, qui depuis huit jours a voyagé quotidiennement en transports en commun pendant une heure et 40 minutes jusqu’à ce qu’elle atteigne l’hôpital, où son neveu de 15 ans atteint d’un cancer est admis, qui aurait été infecté par le COVID-19 dans ce même centre médical alors qu’il était soigné en oncologie.

L’exploit a été accompli dans un laboratoire en Autriche.

“La vérité est très compliquée, il y a de l’angoisse, il y a quelques jours ils nous ont dit qu’il fallait être tôt car ils allaient faire un traitement. Ne pas pouvoir lui parler est très exaspérant”, at-il dit.

Et c’est aux portes des hôpitaux que beaucoup ont appris dimanche la nouvelle que le président López Obrador, 67 ans et hypertendu, a été testé positif au coronavirus après une tournée dans le nord du pays.

Le COVID-19 “ne choisit pas le sexe, l’âge ou le statut social. Nous espérons de tout cœur que (le président) et toutes les personnes qui sont ici vont mieux. Nous prions pour eux”, a déclaré Omar Alexis.

NOUVEAU BOOST POUR LA VACCINATION
Dans ce contexte, le plus grand espoir est placé sur le vaccin anticovide, dont l’application au Mexique a été pionnière en Amérique latine le 24 décembre, mais progresse lentement après plusieurs retards dans les livraisons de Pfizer.

À ce jour, 624 000 vaccins ont été fournis, mais seulement 28 700 personnes ont reçu les deux doses nécessaires de Pfizer, alors que le gouvernement prévoyait de faire vacciner le million d’agents de santé du pays en janvier.

De son enfermement et à la recherche d’un coup de pouce aux vaccinations, López Obrador a appelé lundi son homologue russe Vladimir Poutine, avec qui il a conclu l’achat de 24 millions de doses de Spoutnik V pour les deux prochains mois.

La Commission fédérale pour la protection contre les risques sanitaires (Cofepris) du Mexique a fait état ce vendredi de la commercialisation illégale du vaccin contre le covid-19 développé par les Modern Pharmaceuticals, via les réseaux sociaux.

Le gouvernement mexicain a annoncé mardi qu’un premier envoi de 200 000 doses arrivera la semaine prochaine.

Cependant, les soupçons sur le vaccin russe ne manquent pas, car son utilisation n’a pas encore été autorisée par les autorités de régulation mexicaines, malgré le fait que Hugo López-Gatell, le stratège gouvernemental contre le coronavirus, était récemment en Argentine pour faire le suivi de la demande. du vaccin russe.

LÓPEZ OBRADOR TOUJOURS “FORT”
Pendant ce temps, López Obrador reste enfermé pour la deuxième journée après avoir été testé positif au coronavirus, bien qu’il soit “optimiste”, “fort” et “se remet très bien”, a déclaré la secrétaire à l’Intérieur, Olga Sánchez Cordero.

Le remplaçant de López Obrador lors de ses conférences de presse du matin a assuré que le président “était très assisté” par une équipe médicale dirigée par le secrétaire à la Santé, le Dr Jorge Alcocer, et a déclaré qu’il “intervenait dans certaines des décisions les plus importantes”. du gouvernement.

Par exemple, lundi, il a clôturé l’accord sur les vaccins avec Poutine et a participé à une réunion virtuelle du Bureau des Nations Unies pour les services aux projets (Unops) sur l’achat de médicaments.

Les experts expliquent le phénomène que le monde attend.

“Il est très optimiste. L’une des grandes caractéristiques du président, en plus d’être un grand leader et d’être en contact avec la population, est un peuple très optimiste”, a déclaré Sánchez Cordero, qui a apprécié les messages de soutien de l’Américain. Joe Biden, l’Espagnol Pedro Sánchez et l’Allemande Angela Merkel, parmi d’autres dirigeants étrangers.

Dans le même temps, le suivi des contacts que López Obrador a eu ces derniers jours se poursuit, qui comprend plusieurs membres de son cabinet, et des doutes subsistent quant à savoir si le président a pris un vol commercial dimanche alors qu’il ressentait déjà des symptômes de COVID-19 .