COVID-19 :

“La société ne justifie pas dans la documentation fournie ni ne prouve la concordance de toute circonstance qui implique l’impossibilité totale de l’activité commerciale.” Cette phrase justifie le ministère du Travail de la Communauté valencienne, présidé par Ximo Puig, le refus d’accepter la demande de bénéficier d’un ERTE de force majeure d’un agence de voyages de la région. À son avis, il n’est donc pas justifié que le coronavirus, qui a coulé le tourisme national et international, affecte cette entreprise.

Selon la résolution du conseil, ils ne sont obligés que de fermer des entreprises telles que des discothèques, des salles de danse, des bars à karaoké et des spectacles en direct, afin que les autres puissent poursuivre leur activité, selon l’exécutif valencien. Par conséquent, une agence de voyage serait comme un supermarché.

«Nous avons joint des pièces justificatives de votre situation, ainsi que le les restrictions de voyage, tant au niveau national qu’international, mais la Consellería a rejeté la demande “, assure son avocat, Vicente Fernandez.

«Les ERTE que nous avons présentés dans mon bureau en mars et avril ont tous été approuvés. Il y avait 48 dossiers pour cause de force majeure. Mais maintenant, il semble que les instructions de l’Inspection du travail et du ministère soient de rejeter les ERTE qui ont des exonérations de cotisations de sécurité sociale », explique Fernández.

La raison en est que, en plus d’une agence de voyage, le ministère du Travail a également rejeté un ERTE dans une entreprise dédiée à la construction de «stands» pour la participation à des foires nationales et internationales. Le gouvernement régional allègue qu ‘”aucune des résolutions émises par les gouvernements empêcher ou limiter le développement de l’activité de l’entreprise de telle sorte que l’implication totale de la main-d’œuvre soit nécessaire »- ils ont demandé une réduction des heures de travail.

«Aucune des résolutions émises par les gouvernements n’empêche ou ne limite le développement de l’activité de l’entreprise», précise le ministère

L’avocat de la société ne quitte pas son étonnement. «Nous avons fourni toutes les preuves que l’entreprise se consacre à l’organisation de salons professionnels et aussi la liste des événements qui ont été annulés dans toute l’Europe», explique Fernández. “Comment le coronavirus n’affectera-t-il pas l’activité de l’entreprise?”il se demande. Le conseil garantit que l’entreprise peut se consacrer à d’autres choses: «Être capable de mener d’autres activités comme prévu dans sa constitution».

Ximo Puig rejette l'ERTE d'une agence de voyages car le coronavirus ne l'affecte pasimage de la résolution du ministère du Travail de Valence.

«Mais c’est que non seulement les événements ont été annulés. C’est que les autorités nationales et internationales, les autorités espagnoles et étrangères ont édicté des règlements qui empêchent la libre circulation des personnes et ont limité leur nombre lors de réunions et d’événements qui empêchent la tenue de foires nationales et internationales », explique Fernández.

Les salons programmés de septembre à décembre de cette année qui ont été annulés et qui ont été fournis dans la documentation incluent ceux de Spoga à Cologne, Maison & Objet à Paris, Home textiles Premium à Valence, Hábitat à Valence, Cersaie à Bologne, Fruit Attraction à Madrid, Orgatec à Cologne et Smarc City à Barcelone.

Fermeture du périmètre

En effet, les restrictions à Valence décrétées par le gouvernement de Ximo Puig incluent la fermeture du périmètre de la région. Ce même vendredi, le décret qui prolonge la fermeture de la communauté a été publié Jusqu’au 9 décembre. De cette façon, Valence sera fermée pendant plus d’un mois à l’entrée et à la sortie des personnes puisque le premier arrêté de clôture est du 30 octobre.

Ce même vendredi, le décret qui prolonge la fermeture de la communauté jusqu’au 9 décembre a été publié

De plus, comme l’avocat de ces deux sociétés ayant vu leurs demandes d’ERTE de force majeure rejetées, Valence a un couvre-feu à partir de dix heures du soir et limité à six le nombre de personnes pouvant se rencontrer.

La conséquence la plus évidente des décisions du ministère du Travail est le licenciement des travailleurs de ces entreprises ou, à défaut, l’endettement des propriétaires pour pouvoir continuer à payer les salaires qui conduiront à une fermeture définitive de l’entreprise à court terme. terme. La prolongation de l’ERTE jusqu’au 31 janvier approuvée par l’exécutif de Pedro Sánchez et Pablo Iglesias Ils ont fourni de l’aide pour des cas comme celui-ci. Les socialistes ont fait une bannière de la phrase “nous n’allons laisser personne derrière”, ce qui ne s’est manifestement pas produit dans le cas de ces deux entreprises.