COVID-19 :

Le parquet provincial de Barcelone a décrété l’ouverture du dossier contre les responsables de la sécurité des Cercanías s’entraîne en Catalogne, Adif et Renfe pour, prétendument, nuire à la sécurité de ses utilisateurs avec sa gestion des transports en commun et ne pas mettre en œuvre des mesures pour éviter les infections dans les mois suivant le confinement au printemps par le coronavirus.

Comme OKDIARIO peut avancer après l’avoir confirmé auprès de sources officielles du parquet, l’enquête a été classée il y a quelques semaines et les plaignants, c’est-à-dire la plateforme Xnet, en ont été informés. Ils ne voient pas de crime dans le cas analysé. La plainte a été enregistrée le 19 novembre, notamment contre la direction générale de l’Agence nationale de sécurité ferroviaire, le chef de la sécurité de Rodalies (Cercanías) en Catalogne, les chefs de la sécurité de la Renfe et les chefs de la sécurité de l’Adif.

Le parquet, dirigé par l’ancien ministre Dolores Delgado, a mené l’enquête après avoir enregistré la plainte de Xnet pour de possibles crimes de blessure grave imprudente; contre le devoir des administrations de garantir le droit à la sécurité et d’avoir un niveau de vie suffisant qui assure la santé et le bien-être qui est inclus dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. La plainte était également fondée sur les obligations contenues dans le Statut de la Catalogne et la Constitution par rapport à la garantie de la sécurité et de la santé.

Les plaignants, qui ont reçu le dossier avec regret, ont reproché que la fréquence des trains n’a pas été augmentée ou des wagons plus ou plus longs ont été activés pour éviter les foules qui répandaient le Covid-19. Ils considéraient que nous étions confrontés à «une infraction aux exigences de santé et de sécurité dans les services de transport de base, entraînant un résultat efficace nuisible à la sécurité des utilisateurs ». Ils ont également dénoncé l’Agence catalane de la consommation.

De leur côté, Renfe et le gouvernement régional de Catalogne ont assuré qu’ils avaient pris “Toutes les tailles sur ses trains et ses installations »pour prévenir les infections à coronavirus depuis que l’état d’alarme a été décrété en mars. Dans une déclaration commune, Renfe et le Ministère du territoire et de la durabilité ont fait valoir que les mesures relatives aux trains et aux installations avaient “toujours été approuvées. consensuel»Avec la Generalitat et selon les recommandations des autorités sanitaires.

Ils ont affirmé avoir adapté l’offre pendant l’état d’alarme, pour détailler qu’il y a une «baisse de la demande de transports en commun, qui cette semaine est d’environ 50%» mais les trains Cercanías maintiennent la même 100% fréquences et capacité des trains en semaine.

Pour minimiser la plainte, qui était basée sur des photos et des vidéos de dizaines de personnes entassées dans les wagons, les autorités ont énuméré plusieurs mesures. En particulier, le renforcement de nettoyage et la désinfection des trains, en particulier les éléments qui présentent un plus grand risque de transmission comme les boutons-poussoirs pour ouvrir les portes, en plus du «renouvellement total de l’air à l’intérieur des voitures en sept minutes en moyenne.

De même, le campagnes d’information et des messages sur le système de sonorisation dans les trains et les gares, ainsi que sur les écrans, qui rappellent l’obligation de porter un masque et la recommandation de «voyager en silence en évitant les interactions sociales». Ils ont souligné que des distributeurs avaient été placés gel hydroalcoolique et écrans protection aux vitrines de vente. En outre, ils ont assuré que le personnel de sécurité des stations avait été renforcé. “Tant les experts que les autorités sanitaires confirment que les transports publics, avec toutes les mesures qui ont été mises en place, ne sont pas une source de contagion du Covid-19”, ont-ils conclu de Renfe.

“Violations”

Cependant, les plaignants ont rejeté ces arguments. Ils ont vu un “Abandon des fonctions” dans la gestion des transports publics pendant les mois suivant l’accouchement à domicile. Ils ont fait valoir qu’aucune mesure n’avait été prise pour prévenir les infections et garantir la sécurité dans ces espaces.

Dans la lettre de plainte, Xnet a souligné que la gestion des transports publics peut impliquer les crimes allégués de blessures graves et imprudentes. Les plaignants ont souligné qu’ils avaient été violés la loi générale de la santé publique, la loi de défense des consommateurs et des utilisateurs, la loi catalane de la santé publique et le code de la consommation de Catalogne.

«Les usagers des transports ont rencontré un service médiocre qui a conduit à des foules (prévisibles) mettant leur santé et leur sécurité en danger», ont-ils déploré. Ainsi, ils ont fait valoir qu’ils n’avaient pas été adoptés les mesures incluses dans l’arrêté royal pour contenir le coronavirus concernant l’adaptation du service de transport public.

Le parquet porte plainte pour surpeuplement dans les trains Cercanías de CatalogneL’une des images liées à la plainte.

«Pendant la désescalade, de nombreuses lignes dans des circonstances, des heures et des jours absolument prévisibles, les trains Rodalies (Cercanías) étaient pleins, ce qui rendait impossible le maintien la distance de sécurité adéquates », ont-ils regretté d’ajouter qu’après ces scènes aucune autre mesure n’a été prise.

Lettre

La plateforme Xnet a également envoyé une lettre aux ministres José Luis Ábalos et Salvador Illa, et un autre avec le même contenu aux conseillers régionauxs Damià Calvet et Alba Vergés. Ils ont transféré l’annonce de la plainte présentée au parquet et leur ont reproché que, depuis le début de la pandémie, les administrations «ont négligé leur obligation de garantir la sécurité» des usagers.

“Ils ont dicté mais n’ont pas pris de mesures réelles et efficaces pour fournir suffisamment d’espace aux gens pour maintenir des distances de sécurité”, ont-ils souligné. Ainsi, ils ont cité un article de l’arrêté royal précité, qui soulignait: «Les opérateurs doivent vous ajustez les niveaux d’offre à l’évolution de la reprise de la demande, afin de garantir la fourniture adéquate du service, en permettant aux citoyens d’accéder à leur emploi et aux services de base, et en tenant compte des mesures de santé ».

Ils ont ajouté que, dans tous les cas, “la surpopulation doit être évitée, ainsi que les mesures adoptées par les organes compétents concernant le volume d’occupation des véhicules et des trains”. La lettre reprochait que «les citoyens sont constamment tenus pour responsables, y compris dans les mesures liées aux transports publics, où ils n’ont été imposés que Règles pour les voyageurs qui sont aussi impossible à réaliser », et affirme que les transports publics ont été l’une des principales sources de contagion.