Accueil News Santé Coronavirus : Les vols des États-Unis à Cuba seront limités à partir...

Coronavirus : Les vols des États-Unis à Cuba seront limités à partir du 1er janvier – .

COVID-19 :

HAVANE- Cuba réduira à partir du 1er janvier le nombre de vols qu’elle reçoit des États-Unis, du Mexique, du Panama, des Bahamas, d’Haïti et de la République dominicaine en raison de l’augmentation des «cas importés» de coronavirus depuis la réouverture des aéroports de l’île à la mi-octobre.

La décision fait partie d’un ensemble de nouvelles mesures prévues pour réduire l’incidence du COVID-19 dans le pays, qui cumule 11434 positifs confirmés depuis mars dernier, a fait savoir ce lundi le ministère cubain de la Santé publique (Minsap) dans une note officielle.

Le pays a marqué ce jour un nouveau record de cas quotidiens, avec 229 nouveaux positifs dont 136 sont importés.

71,5% des nouveaux cas des dernières semaines correspondent à des cas importés ou à des infections autochtones de personnes liées à des voyageurs récemment arrivés, selon le Minsap.

L’île rapporte un nombre record d’infections plus élevé que ce qu’elle a signalé ces derniers mois. L’alarme grandit et presque toutes les provinces cubaines confirment des cas autochtones et importés.

Le directeur de l’épidémiologie du Minsap, Francisco Durán, cité par les médias d’Etat, a rapporté aujourd’hui que depuis la réouverture des frontières et jusqu’au 23 décembre, 3 782 nouveaux cas ont été détectés, dont 41,6% d’origine importée.

Les 58,4% restants étaient des cas autochtones, mais la moitié de ces infections sont survenues par contact direct avec des voyageurs.

FAMILLES ET “MULAS”

Les pays en provenance desquels le flux d’arrivées sera restreint sont ceux qui ont affiché les pourcentages les plus élevés de caisses importées pour mille passagers: États-Unis (12,9 pour mille), République dominicaine (12,6), Mexique (11,7 ), Haïti (9,7), Panama (4,6) et Bahamas (2,2).

Un pourcentage élevé d’émigration cubaine réside aux États-Unis, qui à ce moment retournent en masse sur l’île pour rendre visite à leur famille, tandis que les autres pays de la liste sont des destinations courantes pour les «mules», comme les Cubains sont communément appelés. Ils voyagent à l’étranger pour acheter des produits rares à Cuba et les revendre ici.

Les mules sont également l’un des moyens informels les plus populaires d’envoyer des fonds à Cuba, qui traverse sa pire crise économique depuis la “période spéciale” des années 90, qui se traduit par une grave pénurie de nourriture, de médicaments et d’autres fournitures. de base.

Le Minsap a indiqué que l’Institut de l’aéronautique civile réajuste actuellement avec les compagnies aériennes internationales les détails nécessaires pour mettre en œuvre la nouvelle disposition et précise que les fréquences de vol seront rétablies lorsque la situation épidémiologique le permettra.

La pièce jointe est manquante

PCR AVANT LE VOYAGE

Une autre des mesures déjà annoncées est l’exigence, à partir du 10 janvier, d’un RAP négatif pour entrer à Cuba, qui doit être effectué au maximum 72 heures avant l’arrivée.

Ces exigences s’ajoutent aux protocoles d’entrée qui étaient déjà en vigueur, et qui continueront d’être appliqués “rigoureusement”, a assuré le Minsap.

Il s’agit notamment de réaliser un test PCR à la frontière sur tous les voyageurs arrivant, et un second test après cinq jours dans le cas des résidents et des étrangers qui n’arrivent pas en tant que touristes.

Les autorités saintes ont insisté pour qu’elles suivront une analyse “systématique et détaillée” de l’incidence des cas importés dans la transmission de la maladie.