COVID-19 :

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti ce lundi que la situation au Mexique due au COVID-19 est “très préoccupante” et a demandé au pays d’être “très sérieux” dans sa gestion, a indiqué son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

«Le taux d’augmentation des cas et des décès (de COVID-19) au Mexique est très inquiétant», a prévenu Adhanom Ghebreyesus lors de la conférence de presse bimensuelle au cours de laquelle la situation du coronavirus est analysée.

Le directeur général a déclaré que tant le nombre de décès que le nombre de cas avaient doublé entre la semaine du 12 octobre et celle du 20 novembre, la première de 2 000 à 4 000 et la seconde de 31 000 à plus de 60 000.

Coronavirus il y a 9 heures

En chiffres: le Mexique rapporte 105 940 décès et 1 million 113543 infections

COVID-19 27 novembre

Pharmaceutical livre un dossier de vaccin au régulateur mexicain de la santé

“Je pense que cela montre que le Mexique est en mauvaise posture”, a déclaré Adhanom Ghebreyesus, qui a ajouté que “lorsque les indicateurs, les décès et les cas, augmentent, c’est un problème très grave”.

Adhanom Ghebreyesus a fait remarquer que “doubler les décès et les cas en trois semaines est un mauvais signe”.

“Nous voudrions demander au Mexique d’être très sérieux”, a conclu le directeur de l’OMS, qui a également insisté pour que “les dirigeants donnent l’exemple”, interrogé sur le comportement du président mexicain, Andrés Manuel López Obrador, qui ne porte jamais de masque.

«Nous voulons que les dirigeants deviennent des modèles (de comportement), nous voulons que les personnes influentes le soient aussi. Quand nous disons que les leaders peuvent être des leaders politiques, ils peuvent être des chefs religieux, ils peuvent être des chefs traditionnels et ils peuvent être d’autres personnes influentes », a-t-il dit.

Le Mexique, avec 105940 décès et 1 million 113543 infections par le coronavirus SRAS-CoV-2, se classe au quatrième rang mondial des décès causés par la maladie, selon le décompte de l’Université Johns Hopkins, seulement derrière les États-Unis, le Brésil et l’Inde.

López Obrador a assuré ce lundi matin qu ‘”à court terme il n’y a pas de risque de saturation (hospitalière) à Mexico”, principal drapeau rouge de la pandémie dans le pays, et qu’il est “très important” qu’il n’y ait pas un excès du nombre d’infections.

santé 25 nov.

Alerte de résurgence des maladies en raison de l’absence de plan de vaccination au Mexique

VACCIN CONTRE CORONAVIRUS 23 nov

Le G20 soutient les vaccins pour tous contre le COVID-19

L’ancien secrétaire à la Santé Salomón Chertorivski (2011-2012) a souligné l’annonce de l’OMS sur son compte Twitter comme un «appel au réveil», dans des informations dont d’autres secteurs de l’opposition ont profité.

Le gouverneur de l’état nordique de Nuevo León, Jaime Rodríguez, a assuré par les mêmes moyens qu’il est “nécessaire que le gouvernement rectifie et collabore avec les états” dans la gestion de la pandémie.

De même, le sénateur du parti conservateur d’action nationale (PAN) Xóchitl Gálvez a exigé que l’exécutif “se conforme” aux recommandations de l’OMS avec un appel à utiliser le masque.