Accueil News Santé investisseurs conscients du climat des affaires en Allemagne et du PIB américain

investisseurs conscients du climat des affaires en Allemagne et du PIB américain

L’attention des investisseurs restera concentrée cette semaine sur l’évolution de la pandémie de coronavirus et sur diverses données macroéconomiques qui seront publiées en Europe et en Amérique du Nord. Les plus importants sont les Climat des affaires allemand, inflation dans la zone euro et la deuxième lecture du PIB américain, sans oublier l’évolution de la pandémie de coronavirus.

Lundi sera publié Enquête de février sur le sentiment des entreprises en Allemagne préparé par l’institut IFO du pays. Le consensus des analystes prévoit une hausse significative de 3,1 points à 93,2 points et une évolution positive de l’enquête sur la situation actuelle et les attentes, selon les experts de Singular Bank.

Un jour plus tard, mardi, les données définitives de l’indice des prix à la consommation du zone monétaire en janvier, dont les données préliminaires ont surpris à la hausse après avoir atteint 0,9% sur un an, contre -0,3% en décembre. Le résultat a mis un terme à cinq mois consécutifs de baisse des prix en raison du moindre effet négatif des prix de l’énergie et de la forte hausse des prix des services et des produits industriels non énergétiques.

L’inflation de la zone euro est montée à 0,9% en janvier après cinq mois négatifs

Plus précisément, le prix de l’énergie en janvier a enregistré une baisse de 4,1% d’une année sur l’autre, contre 6,9% en décembre, tandis que les aliments frais ont augmenté de 1,9%, trois dixièmes de moins que le mois précédent. De leur côté, les services sont devenus plus chers de 1,4%, après une hausse de 0,7% d’une année sur l’autre en décembre, tandis que les biens industriels non énergétiques ont augmenté de 1,4%, après avoir reculé de 0,5% en décembre.

Les investisseurs apprendront également mardi le taux de chômage au Royaume-Uni en janvier, tandis qu’aux États-Unis, tous les regards seront tournés vers l’apparition du Le président de la Réserve fédérale Jerome Powell devant le comité des services financiers du Congrès des États-Unis. En outre, ce même jour sera publié la confiance des consommateurs de février de la Conseil de conférence des États-Unis.

Un autre rendez-vous d’intérêt arrivera jeudi. Il s’agit de la deuxième lecture du produit intérieur brut du quatrième trimestre 2020 aux États-Unis, à partir de laquelle une légère révision à la hausse est attendue à 4,3% annualisé, selon Singular Bank.

Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, comparaît cette semaine devant le comité des services financiers du Congrès américain

Jeudi, plusieurs statistiques intéressantes sont publiées, comme le climat économique de la zone euro en février, le Indice de confiance des consommateurs GfK Allemagne pour mars, ainsi que les nouvelles commandes de l’industrie américaine pour janvier et les demandes hebdomadaires de prestations de chômage dans ce pays.

Joaquín Robles, analyste chez XTB, pense que cette semaine ce sera également conditionné par l’évolution de la crise sanitaire et que les investisseurs continueront de voir si le nombre d’infections diminue et si la campagne de vaccination commence vraiment à générer un tournant.

Concernant les marchés, Robles rappelle que les indices boursiers américains et allemands sont à des niveaux très proches des sommets de tous les temps Et il sera très difficile de continuer à monter, sans perdre de vue l’évolution de l’obligation américaine à 10 ans, qui a mis la pression sur les investisseurs ces dernières séances.

L’Ibex 35 renforce les 8100 points

L’Ibex 35 partira ce lundi de 8 151 points après avoir clôturé la semaine avec une hausse de 1,16%. L’absence de catalyseurs sur les marchés financiers et le prix mitigé des bourses asiatiques et de Wall Street ont conduit l’Espagnol sélectif à consolider le niveau de 8 100 points en fin de semaine.

L’Ibex 35 démarrera ce lundi à partir de 8151 points après avoir clôturé la semaine avec une hausse de 1,16%

Acciona a été l’un des principaux protagonistes de la semaine après avoir obtenu un bénéfice net de 380 millions d’euros en 2020, soit 8,1% de plus que l’année précédente malgré la crise des coronavirus. En outre, la société a annoncé qu’elle entreprendrait des réformes dans sa structure d’entreprise après l’approbation de la Introduction en bourse de sa filiale renouvelable dans le but de donner une plus grande visibilité à ses différents métiers, de réduire les coûts et de renforcer son bilan.

Les valeurs touristiques ont également été les principaux protagonistes en fin de semaine en raison de l’amélioration des prévisions économiques et après la tendance à la baisse des jours précédents. A) Oui, IAG rebondit de plus de 5%, suivi d’Amadeus, qui progresse de 4,8%, tandis que Meliá a enregistré des augmentations de plus de trois points de pourcentage.