Accueil News Santé Le Brésil dépasse les 245 mille décès dus au COVID-19, après avoir...

Le Brésil dépasse les 245 mille décès dus au COVID-19, après avoir ajouté 1212 autres

Le Brésil a dépassé 245 mille décès dus au COVID-19, alors que le nombre de cas confirmés dépasse déjà 10,1 millions

Brésil ce samedi a dépassé la marque de 245 mille morts pour lui nouveau coronavirus, alors que le nombre de cas confirmés dépasse déjà le 10,1 millions, a rapporté le ministère de la Santé.

Au cours des dernières 24 heures, le géant sud-américain a enregistré 1212 nouveaux décès pour COVID-19[feminine, ce qui a porté le total des décès à 245 mille 977, selon dernières données diffusé par le portfolio.

De son côté, le nombre d’infectés atteint 10 millions 139 mille 148, après que les autorités ont signalé 57472 nouvelles infections dans la même période.

Le taux de mortalité s’élève désormais à 117 décès pour chaque 100 mille habitants, tandis que l’incidence est 4825 infectés dans la même proportion.

Cependant, les chiffres pourraient être encore plus élevés, car les deux cas et les décès ont tendance à baisser le week-end en raison du manque de personnel pour collecter les données, qui ne finissent par être consolidées que le mardi.

Le gouvernement a également signalé que 9 millions 67 mille 939 les gens se sont remis de COVID-19[feminine, tandis que 825 mille 232 sont sous observation médicale.

Les chiffres confirment Brésil, avec ses 212 millions d’habitants, comme lui deuxième pays au monde avec le plus grand nombre de décès dus au coronavirus, après États Unis, et le troisième avec le plus infecté, après la nation nord-américaine et Inde.

Le Géant latino-américain Il traverse une deuxième vague de crise sanitaire écrasante et a vu sa campagne de vaccination, qui a débuté il y a un mois, s’immobiliser dans plusieurs villes en raison d’un manque de vaccins.

De même, compte tenu de l’aggravation de la pandémie, au moins six des 27 États Les Brésiliens ont décrété couvre-feux pour réduire la propagation de COVID-19[feminine, à un moment où la situation s’aggrave en raison de la circulation de nouvelles variantes plus virulentes que la souche d’origine.

Ce samedi, le gouvernement de l’État du sud de Rio Grande do Sul a déterminé l’interdiction de toute activité, entre 22 h 00 et 5 h 00 le lendemain matin, jusqu’au 2 mars prochain.

La mesure est similaire aux couvre-feux déjà adoptés dans d’autres régions brésiliennes, comme les États de Parana, Ceara, la baie, Mato Grosso do Sul Oui Amazon, ou la ville de São Paulo de Araraquara, qui a également annoncé aujourd’hui un confinement massif de 60 heures à partir de midi ce dimanche.

Le gouvernement autorise l’achat de vaccins russes et indiens

Au milieu de l’aggravation de la pandémie, le Gouvernement brésilien a confirmé ce samedi qu’il renoncerait au processus d’appel d’offres pour l’acquisition de vaccins contre COVID-19[feminine Spoutnik V, de Russie, Y Covaxin, du Laboratoire indien Bharat Biotech.

L’initiative, comme l’explique le ministère de la Santé dans un communiqué, vise à “accélérer” le processus d’achat des antidotes une fois approuvés par l’agence de régulation sanitaire, à un moment où la campagne nationale de vaccination est déjà paralysée dans plusieurs villes en raison de une pénurie de nouvelles doses.

Le portefeuille prévoit d’acquérir 10 millions de doses de la formule russe, pour une valeur de 118,8 millions de dollars, et encore 20 millions de doses de antigène indien, avec un investissement prévu de 300 millions de dollars.

Négociations avec les représentants des laboratoires en Brésil «Ils prévoient des livraisons échelonnées» entre les mois de mars et mai.

Cependant, le ministère de la Santé a subordonné l’achat de vaccins à l’autorisation des formules par le Agence nationale de surveillance de la santé (Anvisa), qui attend toujours que les laboratoires soumettent les données relatives à l’efficacité et à l’innocuité du immuniser pour démarrer le processus d’évaluation de son utilisation en cas d’urgence.

Brésil a lancé sa campagne nationale de vaccination le 17 janvier avec 12 millions de doses (2 millions de l’antidote du laboratoire anglo-suédois AstraZeneca et 10 millions de l’antidote chinois Coronavac), mais le manque de nouveaux vaccins et de fournitures pour la fabrication locale menace la continuité de la vaccination.

Avec des informations d’.