Raúl Fernández a remporté le GP du Portugal et Albert Arenas a été proclamé champion du monde de Moto3 après avoir franchi la ligne d’arrivée en onzième position douteuse, derrière Ogura (huitième) et Arbolino (cinquième), leurs rivaux pour le titre. Dans les derniers tours, tout s’est compliqué et cela lui a presque coûté le championnat. Il pourrait perdre jusqu’à huit points avec les Japonais et 11 avec l’Italien, et en a donné sept avec Arbolino et quatre avec Ogura.

Le pilote espagnol n’a eu d’autre choix que de retracer la course d’Ogura, qui partait juste devant le pilote du Team Aspar. Lors des premiers tours, il a suivi dans le sillage des Japonais, restant à son volant jusqu’à ce qu’il réussisse à le dépasser. À partir de ce moment là il était presque toute la course devant son rival dans un groupe de sept pilotes, affrontant Jeremy Alcoba pour la deuxième place.

Au passage de la course, Raúl Fernández prenait ses distances tout en Ogura a perdu de la vapeur et a regardé Tony Arbolino, qui a commencé 27 ans, devant lui neuf tours à faire. Pendant ce temps, Albert était toujours en tête en se battant pour le podium, mais petit à petit, l’Italien se repliait sur l’Espagnol jusqu’à ce qu’il le rattrape. Pendant quelques tours, il y eut une bataille intense entre les deux candidats au titre.

A cinq tours de l’arrivée, tout a mal tourné pour Albert Arenas, qu’il semblait avoir tout sous contrôle jusqu’à ce point. Quand il sembla qu’Ogura était hors de combat, les Japonais se rallièrent soudainement, le rattrapèrent et provoquèrent une dernière crise cardiaque. L’Espagnol était le dernier du groupe de plusieurs pilotes qui se battaient pour la cinquième place. Arbolino est allé un peu dans les derniers tours et a terminé cinquième, tandis que les Japonais franchissent la ligne d’arrivée en huitième position.

Après une finale intense, peu adaptée aux faibles de cœur, dans laquelle le titre était en péril, le pilote Aspar fini douzième. Par chance la distance avec Arbolino et Ogura a suffi à condamner le championnat Moto3, oui, non sans souffrance. Il a passé un mauvais moment mais après avoir vu le drapeau à damier, il a libéré toute cette souffrance qu’il avait à l’intérieur pour célébrer qu’il était champion du monde de Moto3.