Albert Arenas est proclamé champion du monde de Moto3 lors de la dernière course de la saison, au Portugal. Le pilote catalan est arrivé à Portimao avec un avantage de huit points sur Ogura et de 11 sur Arbolino, après sa quatrième place au GP de Valence. Dès le premier moment où il est entré sur l’Autódromo Internacional do Algarve, il a montré qu’il n’était pas disposé à laisser échapper le titre.

A 23 ans, Arenas, est l’un des pilotes les plus anciens de la grille Moto3. Il est né le 11 décembre 1996 à Gérone et aura 24 ans dans quelques mois, ce qui fait de lui l’un des coureurs les plus âgés de la catégorie. Cette année sera un anniversaire plus spécial, car il le fera en tant que champion du monde après quatre saisons en Moto3.

Au cours de ses quatre années dans la catégorie bronze, il n’avait jamais réussi à passer de la neuvième position au classement général, mais cette année, avec Aspar Team, il a fait un pas en avant et a réussi à s’imposer sur deux jeunes promesses comme Ogura (19) et Arbolino (20). Cette victoire lui permettra enfin de faire le saut en Moto2, également avec le Team Aspar, où il partagera la boîte avec Arón Canet.

Le plus régulier d’une catégorie folle

Arenas a été le plus régulier tout au long de cette saison si étrange marqué par le coronavirus. Il est parti de la meilleure façon possible avec deux victoires dans les deux premières courses, ce qui lui a permis de se placer dès le départ en tête de la Coupe du monde des pilotes. A dominé le général du début à la fin, et n’est descendu de cette position privilégiée qu’après le GP de Catalogne après avoir échoué à terminer la course.

Ogura était en tête, mais la joie n’a pas duré longtemps car dans le prochain grand prix, au Mans, l’Espagnol a repris la première place. À partir de ce moment, il ne redescendrait plus du sommet, et malgré le drapeau noir qu’il a vu lors de la première des deux courses à Valence, il n’a pas échoué et, au Portugal, a mis la touche finale à sa meilleure saison en Moto3 avec un titre mérité.