Carlos Sainz, émerveillé par l’ascension du Grand Prix de Turquie de la quinzième à la cinquième place, a montré à Bahreïn que ce qui a été vu à Istanbul n’est pas une fleur d’un jour. Et c’est que, malgré le moins de pneus moyens que ses rivaux, le pilote de Madrid vil a oublié de terminer cinquième à Sakhir une course qui avait débuté quinzième.

Déjà dans le Grand Prix d’Autriche, la première course de la saison, l’Espagnol est passé de la huitième à la cinquième, ce qui a été une constante tout au long de cette année. Et pas parce que Carlos Sainz se classe mal; par exemple, dans le Grand Prix de Styrie, le deuxième de la saison, il a terminé troisième; mais parce qu’il a subi plusieurs pannes lors des séances de qualification. “Les pannes mécaniques ne sont pas de la malchance, mais elles surviennent en compétition et en Formule 1», A-t-il déclaré après la Turquie.

Au Grand Prix de Styrie, pour lequel il s’est qualifié troisième, Carlos Sainz terminé neuvième. Même position dans laquelle il a commencé et terminé en Hongrie, dans la troisième course de la saison. Le Madrilène ne pouvait pas non plus revenir dans le Grand Prix de Grande-Bretagne, de sorte qu’il s’est qualifié septième et a terminé treizième. Le treizième a également commencé et terminé le Grand Prix du 70e anniversaire. Carlos Sainz a dû attendre l’Espagne, jusqu’à la sixième course de la Coupe du monde, pour revenir à l’étoile dans un autre retour, bien qu’il ne puisse grimper que de la septième à la sixième place.

Sainz a terminé deuxième du GP d’Italie

Carlos Sainz il n’a pas pu prendre le départ du Grand Prix de Belgique, course pour laquelle il s’était qualifié septième. Il l’a fait en Italie, où il a réalisé son meilleur résultat de la saison. Carlos Sainz s’est qualifié troisième pour la huitième course de la saison et a terminé deuxième à moins d’une demi-seconde Pierre Gasly, qui était le vainqueur.

L’Espagnol s’est qualifié neuvième pour le Grand Prix de Toscane et sixième pour le Grand Prix de Russie, bien qu’il finisse par abandonner dans les deux courses. Dans ce dernier, pour la première fois, par sa faute. “Je suis désolé les gars, je suis vraiment désolé»Il a regretté, reconnaissant son erreur.

Cinq retours consécutifs

Heureusement pour Carlos Sainz, a pu riposter depuis lors, du moins dans la course. Pour le Grand Prix de l’Eifel, il s’est classé dixième et cinquième, grimpant de cinq positions. Dans le Grand Prix du Portugal, on est revenu. Il a commencé la course septième et l’a terminé sixième. En Emilia-Romaña, Carlos Sainz est reparti de la dixième position et a terminé septième.

Mais s’il y a eu deux courses dans lesquelles il a été revendiqué Carlos Sainz cela a été dans les deux derniers. Au Grand Prix de Turquie, un mauvais choix de pneus a conduit le madrilène à se qualifier 15e. «Les qualifications étaient bien sûr très rares, avec peu d’adhérence sur la piste. Nous avons passé toutes les qualifications à essayer de trouver le bon pneu et j’ai réalisé à mi-chemin de la séance que nous nous trompions avec le pneu intermédiaire. et puis nous avons été meilleurs avec l’extrême mais nous n’avons pas eu le temps d’en faire plus, mais c’est ce que c’est, un peu d’erreurs de stratégie», A commenté, autocritique, Carlos Sainz. «Nous n’avons pas pu réchauffer le pneu comme nous le voulions, jamais de ma vie je ne suis resté six secondes dans l’eau“, Il ajouta.

Malgré cela, Carlos Sainz a réussi à terminer la course cinquième. «Dimanche, c’est quand ça compte, et regardez, nous avons réussi à faire fonctionner le pneu après un week-end aussi difficile, J’ai trouvé quelques trucs dans les tours d’entraînement pour l’échauffer et ils ont travaillé pour moi. Nous ne l’avions pas fait de tout le week-end mais nous l’avons fait et j’ai pu faire toute la course en revenant, ça a été un peu miraculeux“, Il admit. “Enfin je me suis retrouvé et j’ai pu faire le retour qui est toujours ce que j’aime faire avec l’eau»A ajouté l’espagnol.

Après cette exposition, McLaren s’est vanté de Carlos Sainz. “Une course comme celle de la Turquie finit par confirmer la qualité de Carlos. Nous savons des courses précédentes ces dernières années que vous aimez les conditions difficiles, en particulier les conditions pluvieuses ou mixtes. On sait qu’il se comporte bien dans ces conditions et qu’il a le talent pour bien faire quand il s’agit de prendre des risques », a commencé par dire Andreas Seidl.

C’est un excellent pilote. Il y a une raison pour laquelle Ferrari l’a signé pour l’année prochaine. Il parvient à maintenir la voiture sur la piste alors qu’il continue de progresser et fait fonctionner ses manœuvres, comme il l’a fait dimanche. C’est juste un énorme avantage », a conclu l’équipe McLaren.

Des retours secs et humides

Carlos Sainz Il a grimpé de dix positions sur le mouillé et a répété cet exploit, sur le sec, au Grand Prix de Bahreïn. Pour cette course, le coureur madrilène s’est qualifié quinzième, ce qu’il attribue cette fois à une panne mécanique après laquelle il était visiblement en colère. Et le fait est que Sainz n’était pas optimiste quant à la course: «Les choses sont très compliquées car le top 10 sortira avec le pneu moyen et nous n’avons aucun avantage. Un ensemble de pneus moyens peut ne pas être en mesure de l’utiliser car il est avec les roues bloquées et peut-être qu’il a des avions bloqués. Si nous avons perdu ce pneu moyen, cela nous laisse avec un minimum d’options».

Malgré cela, Carlos Sainz a de nouveau terminé cinquième dans une course qui aurait pu terminer quatrième. “Carrerón. Nous avons passé deux dimanches après-midi à nous compliquer la vie, deux retours dans le top-5 et très heureux car aujourd’hui c’était très difficile de sortir avec les douces et de les faire durer plus longtemps que les moyens des autres», A-t-il déclaré après la course. “C’était une surprise pour moi, mais il y avait la clé de la course, car j’ai réussi à entrer dans le top 7 et à me rapprocher de Lando, bien que à la fin un autre arrêt au stand lent m’a coûté pour l’attaquer, mais c’est ce que c’est, satisfait car ce n’est pas facile de sortir quinzième », a-t-il poursuivi.

Malgré tout, Carlos Sainz a regretté de ne pas avoir pu remonter plus loin pour des raisons indépendantes de sa volonté: «Je pense qu’il aurait pu se battre pour la position avec un meilleur timing d’arrêt ou un meilleur arrêt au stand, mais bon aujourd’hui je ne vais pas me plaindre car ça a été une belle journée pour l’équipe, même si voir cette pièce à trois secondes, tu as cet arrière-goût».

Les retours sont passionnants chez Ferrari

Malgré sa cinquième place, avec deux courses restantes avant la fin de la Coupe du monde, Carlos Sainz s’est imposé comme un spécialiste des retours, qu’ils soient secs ou humides. Grâce à son bon travail, chez Ferrari, ils sont de plus en plus enthousiasmés par son retour et sont convaincus que la saison prochaine, il aura une voiture avec la puissance dont il a besoin à la fois pour bien se qualifier et pour se battre pour les podiums en course.