A son avis, le sport de l’aviron dans la région est dans un bon moment, mais ce qu’il faut, c’est aller de l’avant. «Nous avons eu une crise, mais nous avons récupéré. L’objectif est d’augmenter la participation et le nombre d’activités. Nous voulons promouvoir le canoë et atteindre toutes les régions des Asturies, partout où il y a une piscine d’eau ». Morís révèle l’un de ses projets. “Nous travaillons avec le bateau-dragon, qui est une modalité qui encourage le travail d’équipe, et nous voulons que plus de femmes participent”

Actuellement, dans les Asturies, il y a 1 200 canoéistes fédérés. «Nous voulons dépasser les 2 000. Nous avons un quota que nous avons réussi à maintenir au milieu de la pandémie, mais nous allons augmenter. 1 200 est un bon nombre, mais peut-être un peu rare en raison de l’histoire de ce sport dans les Asturies, en particulier à la base », explique Morís.

Concernant la relation de la Fédération avec la Principauté, Morís explique qu’elle est «fluide». “Il y a des manifestations car dans les Asturies, le sport a été relégué, mais nous espérons nous améliorer au fil des ans”, soutient Morís, qui ne précise pas sa relation avec Miguel Gallo, l’autre candidat à la présidence. «Nous nous connaissons et avons une relation normale. Chacun est à sa place ».