Alex Gounares, PDG de Polyverse. (Photo polyverse)

La start-up de cybersécurité Polyverse, basée à Bellevue, à Washington, a levé 16 millions de dollars supplémentaires pour aider à vendre ses logiciels utilisés par les organisations gouvernementales, les entreprises de défense, etc.

Le produit principal de Polyverse est «Polymorphing for Linux», qui brouille le code open-source sans affecter son fonctionnement, le protégeant des pirates cherchant à exploiter les faiblesses du code.

Polyverse a été validé par le département américain de la Défense pour atténuer les attaques zero-day, les intrusions qui se produisent juste au moment où une vulnérabilité devient publique, comme le tristement célèbre ransomware WannaCry et les hacks d’entreprises, dont Equifax.

La startup a récemment signé un partenariat avec SUSE, la plus grande société indépendante de logiciels open source au monde. Il vend également un Polyscripting pour WordPress, qui vise à supprimer les trois vecteurs d’attaque les plus courants contre le système de gestion de contenu populaire.

Son logiciel fonctionne sur site, dans le cloud et sur les appareils IoT.

L’année dernière, Polyverse figurait sur la liste des 100 meilleures startups de CNBC. La société est dirigée par le PDG Alexander Gounares, ancien CTO chez AOL, PDG de Concurix et dirigeant de Microsoft.

Le nouveau financement provient principalement d’investisseurs existants. Le financement total à ce jour dans l’entreprise de 40 personnes est de 21 millions de dollars. Il a récemment embauché le Dr Ralph Pascualy, ancien PDG de Swedish Medical Group, pour accélérer son offre de soins de santé.

Polyverse a levé 8 millions de dollars en février.