Le partage des bénéfices bloque les négociations avec IP sur l'externalisation

Mexico.- L’un des obstacles qui empêche de parvenir à un consensus dans l’analyse du projet de loi visant à réglementer l’externalisation, que l’on appelle l’externalisation, est la question de l’intéressement, car il existe des entreprises qui ont beaucoup de bénéfices et peu d’employés, donc après la distribution, ce sont moins les actionnaires.

Pour cette raison, les hommes d’affaires demandent une législation à cet égard pour régulariser cette partie de la répartition des bénéfices lors de la prochaine période régulière de sessions, qui reprendra à la mi-février.

Le président Andrés Manuel López Obrador a déclaré que les tables de dialogue entre les secteurs des entreprises et du travail seront rétablies pour parvenir à un accord sur la répartition des bénéfices; Eh bien, les employeurs ne sont pas d’accord sur ce point.

En ce qui concerne la distribution des bénéfices, le secteur des entreprises veut être réglementé et ils demandent des conditions spéciales pour certaines entreprises qui ont beaucoup de bénéfices et peu d’employés, de sorte que les actionnaires recevraient moins. Il existe déjà une formule, mais il n’y a pas d’accord avec les représentants des travailleurs.

Pendant la conférence de presse au Palais National, López Obrador a souligné que le processus de dialogue est en charge de la secrétaire au Travail, Luisa María Alcalde, et reprendra lorsque la couleur du feu épidémiologique passera au rouge à Mexico.

LEE Rupture de la propriété intellectuelle en raison d’un accord avec le gouvernement sur l’externalisation

Il a fait remarquer qu’en général, le secteur des entreprises soutient l’initiative de réforme sur l’externalisation, mais il propose que la distribution des bénéfices soit réglementée.

“L’initiative que nous présentons sur l’externalisation, la sous-traitance, est consensuelle, est bien sûr approuvée par le secteur du travail et est également généralement approuvée par le secteur des entreprises, ce qui reste en suspens est lié à l’intéressement aux bénéfices, qui est envisagé dans la Constitution, qui est un droit, une conquête des travailleurs, mais le secteur des affaires veut qu’elle soit réglementée ».

Selon la version présidentielle, les hommes d’affaires maintiennent leurs points de vue sur ces aspects et qu’en dépit du fait qu’il existe déjà une formule établie pour la répartition des bénéfices, il n’y a pas d’accord entre les secteurs du travail et des entreprises.

«C’est pourquoi il a été décidé de ne pas approuver l’initiative, ils l’ont demandée, ceux du secteur des entreprises l’ont demandé et de tenir des tables pour parvenir à un accord entre le secteur du travail et le secteur des entreprises, c’est donc ce que nous allons attendre, pour convoquer ces tables, nous sommes attendre un peu que le temps passe, en raison de la situation des feux de circulation dans la ville ».

Le président espère qu’un accord sera conclu lors d’une consultation avec les membres du secteur du travail et des entreprises; et qu’il est encore temps de parvenir à cet accord, puisque les sessions du Congrès reprendront le 15 février.

Il a souligné que c’est une question qui compte beaucoup pour son gouvernement car il est rare que des travailleurs soient licenciés en décembre pour ne pas leur verser une prime de Noël.

ebv

Le post Profit Sharing bloque les négociations avec IP sur l’externalisation est apparu en premier sur Siete24.