Mexico.- Les membres du cabinet rencontrent tous les jours le président Andrés Manuel López Obrador; Mais 10 mois après le début de la pandémie au Mexique, Jorge Alcocer Varela, secrétaire à la Santé, a présenté le protocole sanitaire pour éviter la contagion du Covid-19 dans les réunions et l’environnement du directeur général.

Il semble ironique qu’Alcocer Varela ait déclaré “mais il n’y a pas eu de grande alarme”, malgré le fait que plusieurs responsables ont été signalés infectés depuis le début, comme le gouverneur d’Hidalgo, Omar Fayad, qui a été parmi les premiers à être testés positifs pour Covid après avoir une réunion du cabinet en mars de l’année dernière, entre autres fonctionnaires.

Cependant, le responsable de la santé a déclaré que très peu de cas de la maladie ont été présentés et que le suivi a permis de rompre la chaîne de contagion. Il a rappelé que la température de chacun est prise et que du gel est offert à l’intérieur du Palais National.

Lors de sa participation à la conférence de presse du matin au Palais national, le secrétaire à la Santé a été interrogé sur la procédure après que le président a été en contact avec le porte-parole présidentiel, Jesús Ramírez Cuevas, qui a été testé positif pour Covid la fin de semaine.

«Dans ce contact et les autres qui ont été même ici parmi vous, la première chose est de contacter la personne qui a déjà l’infection, de confirmer s’il ne l’a pas fait avec le test et de faire immédiatement une analyse de qui il était et de faire un cercle au travail, en famille et autres réunions que vous avez, c’est essentiel, c’est une action d’un détective médical ».

LEE Un patient suspecté de souche variante de Covid-19 décède

A cet égard, Alcocer Varela a précisé qu’il s’agissait de la suite qui avait été donnée au cas du porte-parole présidentiel et d’autres responsables.

«Il n’y a pas eu de grande alarme, bien sûr, le cas est que nous avons un espace suffisant dans le cabinet du matin pour tenir des réunions, parfois un plus grand groupe entre pour certaines questions; mais nous avons toujours suivi quatre points ».

Les participants aux différentes réunions se conforment à des mesures telles que les soins personnels – ne présentant pas de symptômes tels que fièvre, fatigue ou toux, entre autres -; maintenir une distance saine pouvant aller jusqu’à deux mètres avec le président; utilisation de masques faciaux; désinfection et être dans un vaste espace, dit le protocole.

“Il y a eu un minimum de cas qui ont été immédiatement identifiés et aucune chaîne de contagion n’a été établie.” Il a mentionné que certains fonctionnaires, par décision personnelle, effectuent des tests rapides un jour avant d’assister aux réunions et que ceux qui sont en contact quotidien avec le président subissent le test PCR tous les 15 jours.

Enfin, il a indiqué que les participants aux réunions se voient proposer d’appliquer le test PCR tous les débuts de semaine à l’Institut de diagnostic et de référence épidémiologique (INDRE) ou lors de prélèvements auprès des membres du cercle proches du président. Ce sont les mêmes mesures qui sont partagées et qui se trouvent sur la page officielle sur les informations sur les coronavirus.

ebv