Nora Velázquez décroche son premier rôle principal dans « Impossible Things » – El Sol de México

Un miracle est arrivé à Nora Velázquez à l’âge de 64 ans. Le réalisateur Ernesto Contreras l’a choisie comme protagoniste de son film Impossible Things. Cette envie de diriger une histoire avec un cinéaste de renom était enfin arrivée : l’impossible est devenu réalité.

« C’est venu comme si Dieu m’avait envoyé la lumière, comme s’il avait fait un miracle pour moi. Comme si ce guajiro rêve de n’importe quelle actrice qui dit « pourquoi n’ai-je pas l’opportunité de travailler avec un réalisateur merveilleux, talentueux, patient, chaleureux et respectueux ? Je suis sérieux. Je suis vraiment reconnaissant à Ernesto de m’avoir donné cette opportunité dans ma carrière. C’est un miracle », confie l’actrice dans une interview à Le soleil du Mexique.

➡️ Abonnez-vous à notre newsletter et recevez les notes les plus pertinentes dans votre e-mail

Connue pour son personnage de Chabelita, Nora Velázquez avait déjà une carrière d’actrice de cinéma. Il a commencé avec Jaime Humberto Hermosillo dans María de mi corazón, avec un petit personnage, comme avec Paul Leduc dans Comment voyez-vous ?

Ses apparitions les plus notoires ont eu lieu ces dernières années. Notamment dans La calle de la amargura (2015), réalisé par Arturo Ripstein, un rôle qui a attiré l’attention d’Ernesto Contreras pour l’ajouter à son casting et en faire la star de son film.

« À 64 ans, cet homme de premier plan est venu me voir et j’ai dit : ‘Je vais être la révélation sénile, quel père !’ », raconte-t-il en riant. « J’ai toujours mis de l’humour dans les choses de la vie. Mais la vérité est que je suis reconnaissant car après une quarantaine d’années de carrière, d’amour et de dévouement total à mon métier, les choses sont tombées sous leur propre poids ; ce dicton est vrai ».

Dans Impossible Things, Nora Velázquez incarne Matilde, une femme qui vit sous le joug de son mari (Salvador Garcini). Lorsque la mort de son mari la libère, elle se retrouve seule et sans sens de la vie. Grâce à Miguel (Benny Emmanuel), un jeune homme qui vend de la drogue au marché aux puces du quartier, découvre un monde extérieur et les deux unissent leurs forces pour transformer leur vie.

« Il est intéressant de connaître la vie de ces deux personnes merveilleuses. D’abord parce que vous êtes très ému par la vie qu’ils mènent. Mais c’est beau quand on leur donne l’occasion de se rencontrer et de se soutenir. Et du coup ils se séparent et il y a une incertitude, mais chacun avance parce qu’ils se sont donné de la force quand ils étaient ensemble ».

L’histoire de Matilda expose la violence normalisée que de nombreuses femmes subissent avec leurs partenaires, quelque chose à laquelle Nora Velázquez elle-même parvient à s’identifier.

« J’ai eu une situation un peu difficile mais j’ai réussi à m’en sortir. C’est ce que je voudrais transmettre aux femmes, qu’il y a une possibilité d’y parvenir. Bien sûr, Matilde a de la chance que son mari décède, mais il y a des femmes qui meurent parce que le mari la jette, c’est très triste. Mais c’est formidable de voir qu’une femme parvient avec sa volonté à prendre la décision de ne pas vouloir vivre avec cet homme et de partir, de fuir cette situation ».

C’est l’objectif que l’actrice veut remplir avec son personnage d’Impossible Things, « envoyer ce message de ‘assez, c’est assez !, pas plus !’ ». Et bien sûr, montrez que la vie ne s’arrête pas à un âge, mais que tout moment est un bon moment pour commencer une nouvelle expérience.

« Il est important tout le soutien que lui apporte Miguelito, car son mari l’avait laissée très écrasée et peut-être sans lui, elle n’aurait pas réussi. »

Things Impossible a fait ses débuts dans le top 10 du box-office mexicain il y a deux semaines. Le film, avec un scénario de Fanie Soto, est toujours sur le panneau d’affichage.

Share