Not Fade Away : Les Who libèrent « Ma génération »

Une chanson vraiment révolutionnaire dans l’histoire du rock britannique est née le 13 octobre 1965, lorsque L’OMS étaient au Studio A des IBC Studios à Portland Place, à Londres, en train d’enregistrer « My Generation ». En trois semaines, le 5 novembre, c’était leur nouveau single britannique, suivi le 3 décembre de l’album du même nom.

Pour comprendre à quel point une déclaration puissante Pete Townshendde la nouvelle chanson de , cela vaut la peine de considérer ce que faisaient les autres gros frappeurs de la scène rock britannique à l’époque. Les Beatles sortaient juste de « Help » et allaient bientôt passer à « Day Tripper » et « We Can Work It Out ». Des pierres étaient juste en train de lâcher « Get Off Of My Cloud » les Kinks venait d’être dans le Top 10 avec « See My Friend » et le nouveau single des Animals était « It’s My Life ». Tous des singles extrêmement puissants, mais pour l’énergie pure et animale et la colère, « My Generation » était la déclaration définitive de l’époque.

Trois démos différentes

Townshend a travaillé sur la chanson, à l’origine comme un slow blues, tout au long de l’été 1965, alors que The Who faisait une tournée en Scandinavie et en Hollande. La première incarnation a été inspirée par « Young Man Blues » de Mose Allison, une chanson que le groupe interprétera plus tard. Comme Pete l’a rappelé dans son autobiographie Who I Am, il a produit plusieurs ensembles de paroles pour la chanson et « trois démos très différentes ».

Il l’a façonné dans le style que nous connaissons avec l’aide du co-gérant de The Who, Chris Stamp, qui a remarqué un bégaiement dans la voix de Townshend dans la deuxième démo. Après avoir étudié John Lee Hooker‘s « Bégaiement Blues » et encourageant Roger Daltrey pour exagérer l’effet dans sa performance vocale, la chanson a été perfectionnée, maintenant aussi avec un espace pour la grande fonctionnalité de basse de John Entwistle.

Écoutez le meilleur de The Who sur Apple Music et Spotify.

La chanson est devenue le plus gros succès du groupe à ce jour, et l’une des deux à atteindre la deuxième place, avec « I’m A Boy » l’année suivante. Le 15 janvier de la nouvelle année 1966, « My Generation » faisait ses débuts, bien qu’à un modeste n ° 98, dans le Billboard Hot 100. Il n’a atteint que le n ° 74, mais a continué à gagner ses places légitimes dans les deux les Temples de la renommée des Grammy et du Rock and Roll.

Achetez ou diffusez « My Generation » sur My Generation: Super Deluxe Edition.

Share