Notes des pilotes du Grand Prix de Styrie

Le Grand Prix de Styrie n’a peut-être pas été à la hauteur du battage médiatique, mais il y avait encore beaucoup de bonnes performances à admirer au Red Arène de taureau.

Voici comment nous avons évalué les performances de chaque pilote au Grand Prix de Styrie…

Max Verstappen : C’est peut-être la première expérience du Néerlandais dans une bataille pour le championnat des pilotes, mais vous ne l’auriez jamais deviné alors qu’il continue de se renforcer avec une victoire écrasante au Red Bull Ring.

Parti de la pole, Verstappen a maintenu la P1 au départ et, aidé par un arrêt au stand de 2,0 secondes de Red Bull, il a exécuté la stratégie à un arrêt à la perfection. Le directeur de Red Bull, Christian Horner, réclame en fait un arrêt inférieur à deux secondes, qui devrait devenir une chose du passé une fois que la nouvelle directive technique sur les arrêts au stand arrivera en Hongrie.

Il y avait quelques inquiétudes concernant les freins à gérer pour Verstappen, Red Bull lui demandant d’éviter les trottoirs aux virages 9 et 10, mais rien n’allait arrêter le joueur de 23 ans alors qu’il remportait une quatrième victoire de la saison et prolongeait son avance sur Lewis Hamilton au championnat des pilotes à 18 points. dix

Lewis Hamilton: Avec Verstappen sur une telle forme dominante, Hamilton a très bien atteint le maximum avec une arrivée P2, tout en récoltant un point de bonus après avoir réalisé le tour le plus rapide avec un sprint de deux tours sur un ensemble de softs.

Le septuple champion du monde est resté à peu près en contact avec Verstappen dans le premier relais, mais même un arrêt soigné de 2,2 secondes de Mercedes n’a pas pu remettre son pilote de tête dans la course à la victoire.

Et après cette démonstration de Verstappen, Hamilton priera pour la pluie lorsque la Formule 1 se rendra à nouveau sur le Red Bull Ring le week-end prochain pour le Grand Prix d’Autriche. Sinon, P2 sera sûrement à nouveau le meilleur des cas. Ce sont des moments cruciaux dans la course au titre. 8.5

Valtteri Bottas : Les progrès initiaux ont été lents avec Bottas bloqué en P5 jusqu’à ce que Lando Norris rende le dépassement très facile pour le Finlandais, et à partir de là, il s’est mis à battre Sergio Perez de Red Bull.

Sur la piste, cela ne fonctionnait pas, mais la porte s’est ouverte via un arrêt au stand lent pour Perez, permettant à Bottas de monter sur le podium.

Red Bull a cherché à riposter avec un double arrêt, et cela a presque fonctionné, mais Bottas a tenu bon pour garder Perez hors du podium à seulement 0,5 seconde sur la ligne.

Bien sûr, il y avait un coup de main, mais Bottas a fait son travail pour Mercedes en ajoutant 15 points au total de leurs constructeurs. 6.5

Sergio Perez : Le Mexicain a passé les premiers tours coincé derrière Norris bien qu’avec un tampon confortable sur Bottas derrière.

Et même s’il s’agissait plus d’un rendement de Norris que d’un dépassement solide, la partie la plus importante était que cela a permis à Perez de s’installer en P3.

Sans cet arrêt au stand délicat, il y avait peu de signes que Bottas allait refuser à Perez un podium, et il s’est battu vaillamment sur la stratégie alternative pour tenter de réparer les dégâts.

Mais le plus important, c’était 12 points marqués et une autre course de combat exactement là où Red Bull le voulait. 7

Lando Norris : En partant de la P3, Norris est arrivé en tête dans un premier tour avec Perez pour conserver cette position, et il faisait du bon travail jusqu’à ce qu’il prenne la décision de se concentrer sur l’économie de pneus et de libérer Perez et Bottas derrière.

En pompant 32 tours sur les pneus tendres, Norris aurait ensuite un ensemble de disques durs boulonnés sur sa McLaren et s’en tiendrait à son plan d’enregistrer une solide P5.

Son troisième P5 d’affilée, c’est une saison où la régularité fait du Britannique l’une des stars de 2021. 9

Carlos Sainz : Le Paul Ricard a été un désastre pour Ferrari alors qu’ils luttaient désespérément contre la dégradation des pneus avant, mais cela semblera être un lointain souvenir maintenant après un solide Grand Prix de Styrie pour Sainz.

L’Espagnol a profité d’une longue durée dans son premier relais, mettant à profit les pneus les plus frais alors qu’il détachait l’Aston Martin de Lance Stroll pour franchir la ligne P6.

Sainz aurait peut-être même troublé Norris si ce n’était pour son temps coincé derrière Hamilton avant de finalement se décrocher. Mais tout de même, six positions de plus que sa place sur la grille, ce fut une sortie réussie au Red Bull Ring pour Sainz. 8.5

Charles Leclerc : À coup sûr, le pilote le plus controversé du Grand Prix de Styrie, l’après-midi de Leclerc s’annonçait sombre après avoir maladroitement dérivé vers Pierre Gasly dans le premier tour, lui causant des dommages à l’aile avant et une crevaison de fin de course pour Gasly.

La course de récupération a été impressionnante, Leclerc remontant jusqu’à la 7e place au drapeau à damier, la position où il a commencé, mais il y a eu d’autres contacts avec Kimi Raikkonen et Fernando Alonso en cours de route. Sa coupure de l’aileron avant de Raikkonen en particulier était risquée.

Une course difficile pourrait-on dire, mais un autre jour, nous aurions pu parler d’un Grand Prix de Styrie désastreux pour Leclerc, qui peut se considérer incroyablement chanceux d’avoir remporté le prix du « Pilote du jour ». 6

Balade de Lance : Au cours des derniers tours, toutes les discussions avaient porté sur le fait que Sebastian Vettel avait retrouvé ses marques avec Aston Martin, mais Stroll était confortablement le pilote Aston Martin le plus performant de Styrie.

Le Canadien est passé de la P9 à la 6e place lors d’un bon début de course, perdant plus tard contre les Ferrari de Sainz et Leclerc alors qu’elles l’ont attaqué avec des pneus plus frais. Un drive très contrôlé de Stroll. 8

Fernando Alonso : Jusqu’à P7 au départ après les drames de Leclerc et Gasly, Alonso aurait espéré continuer à partir de là, mais au lieu de cela, il est devenu le chef d’un long train de milieu de terrain, l’Espagnol lui-même admettant après la course qu’il n’avait probablement pas rythme parmi les 10 premiers.

Sous la pression de George Russell jusqu’à ce que le Britannique rencontre des problèmes de fiabilité, Alonso n’a rien pu faire pour repousser les Ferrari, mais a conservé une 9e place malgré l’attaque de Yuki Tsunoda.

Alonso a été frustré à un moment donné après avoir été contraint de céder à Verstappen, estimant que cela avait ouvert la porte à Sainz pour le dépasser. Mais en réalité, P9 était un travail bien fait. 7

Yuki Tsunoda : Vous ne savez jamais vraiment ce que vous allez obtenir avec Tsunoda, mais au final, son GP de Styrie devrait être considéré comme une sortie solide.

Touché d’une pénalité de trois places sur la grille pour avoir bloqué Bottas lors des qualifications, Tsunoda s’est recentré et de la 11e place a réussi à se frayer un chemin dans le top 10 pour prendre un point.

Bien qu’aidé par les malheurs de Russell, il était bon de voir Tsunoda à l’attaque pendant la majeure partie de la course dans ce milieu de terrain encombré, et avec Helmut Marko exigeant des points de son protégé, Tsunoda a saisi l’occasion. 7

Kimi raikkonen: Pour le vétéran Raikkonen, l’expérience a brillé alors qu’il s’occupait tranquillement d’obtenir une impressionnante P11.

Parti de la 18e place sur la grille, Raikkonen était le seul pilote à s’élancer sur le pneu à gomme dure, mettant finalement fin à son premier relais productif au 38e tour.

Maintenant sur le caoutchouc moyen, le Finlandais aurait bien pu se frayer un chemin dans les points s’il n’y avait pas eu les dommages à l’aile avant infligés par Leclerc, mais P11 n’est néanmoins pas à flairer.

Kimi, comme prévu, a déclaré qu’il ne pouvait pas être heureux après avoir terminé P11 à nouveau, mais heureusement, nous sommes ici pour tirer satisfaction de cette performance. 8

Sebastian vettel

Sebastian vettel: Le quadruple champion du monde avait tiré à plein régime avant le GP de Styrie, mais n’a pas pu atteindre de tels sommets cette fois-ci.

Alors que Stroll préparait Aston Martin pour certains points, Vettel a eu du mal à avoir un impact dans le train du milieu de terrain, et vraiment P12 était à peu près le résultat que sa performance méritait après avoir commencé P14. 5.5

Esteban Ocon : Samedi a été un désastre pour Ocon qui a subi une élimination en Q1, et alors qu’Alpine n’était pas au niveau de McLaren ou Ferrari pendant la course, Ocon aurait peut-être espéré mieux que P13.

Cela étant dit, avec le cluster DRS du milieu de terrain rendant les dépassements difficiles, Ocon peut être relativement satisfait d’un gain de quatre positions de la grille au drapeau à damier, même si les incidents à venir ont joué en sa faveur. 5.5

Daniel Ricciardo : C’est vraiment une tâche énorme à laquelle Ricciardo doit faire face chez McLaren avec Norris au sommet de son art, et une P14 en Styrie n’a pas dit toute l’histoire.

L’Australien a en fait pris un départ brillant, passant de P13 à P9 dans les premiers tours, mais une perte de puissance aléatoire annulerait tout ce travail acharné alors qu’il tombait derrière Tsunoda, Sainz, Vettel et Raikkonen.

Pendant son premier relais jusqu’au 43e tour, il n’y aurait pas de voiture de sécurité ni de pluie pour sauver Ricciardo et il franchirait la ligne P14.

Sur le papier, un très mauvais résultat avec Norris en P5, mais en réalité, cela aurait pu et aurait dû être bien meilleur sans ce bref problème de fiabilité. 6.5

Antonio Giovinazzi : L’Italien a été pris par inadvertance dans le drame Leclerc/Gasly au début, Gasly faisant tourner Giovinazzi alors que son pneu arrière gauche lâchait.

À partir de là, il s’agissait d’un cas de limitation des dégâts pour Giovinazzi, mais dans une Alfa Romeo, il n’est pas aussi béni que certains de ses rivaux en termes de machines sous lui pour organiser une riposte.

C’était P15, et il est difficile de voir ce qu’il aurait pu faire de plus. 6

Mick Schumacher : Il a recommencé avec son coéquipier Nikita Mazepin alors que le duo Haas nous a offert une bataille divertissante à l’arrière, Schumacher faisant le travail avant qu’un blocage n’invite Mazepin à revenir.

En fin de compte, Schumacher revendiquerait le butin à Haas dans ce concours inter-équipes, et terminer devant Latifi s’est également avéré être un joli bonus. 6

Nicolas Latifi : Un après-midi difficile pour Latifi qui a également été entraîné dans cette collision au premier tour et a subi une crevaison dans le processus.

Peut-être que s’il avait montré le rythme que Russell a fait dans l’autre Williams avant sa retraite, alors il aurait pu y avoir une sorte de récupération, mais à la fin Latifi aurait également perdu face au Haas de Mick Schumacher.

C’est une course qu’il cherchera à quitter rapidement. 4.5

Nikita Mazepin : Au fond de la grille, Mazepin ne peut faire ses preuves que contre son coéquipier, et bien que le combat soit désormais plus serré entre les deux, Schumacher a encore une fois brillé plus fort lors du Grand Prix de Styrie.

Néanmoins, Mazepin est dans une bien meilleure position que nous ne l’étions plus tôt dans sa campagne recrue. 5

N’a pas fini

George Russell PA

George Russell : Le Grand Prix de Styrie pour Russell était tout simplement « brutal » comme il l’a lui-même qualifié.

Promu P10 sur la grille par la pénalité de Tsunoda, Russell s’est retrouvé P8 après la collision de Leclerc et Gasly, mais au lieu de devenir le bouchon dans la bouteille, le Britannique a plutôt commencé à traquer Alonso pour P7.

C’est là que les problèmes ont commencé lorsque Russell a été converti au « Plan B » et a quitté Alonso, avant d’être finalement contraint à l’abandon avec un problème de groupe motopropulseur après quelques longues visites aux stands. Ses premiers points dans une Williams étaient en vue après une autre belle performance en qualifications. 9

Pierre Gasly : La course du Français s’est terminée au premier tour sans faute de sa part lorsque Leclerc a coupé son pneu arrière gauche, et avec des dommages évidents à la suspension dus à la crevaison qui en a résulté, AlphaTauri l’a retiré de la course. N / A

Jamie Woodhouse

Suivez-nous sur Twitter @Planet_F1, aimez notre page Facebook et rejoignez-nous sur Instagram !

Share