Nous n’avons pas négocié d’accord avec Reliance, Punit Goenka l’a fait: Invesco dit en réponse à la lettre de ZEE

"Le rôle d'Invesco, en tant que principal actionnaire de ZEE, était d'aider à faciliter cette transaction potentielle et rien de plus.  Il a déclaré que la divulgation de ZEE mardi était « Le rôle d’Invesco, en tant que principal actionnaire de ZEE, était de faciliter cette transaction potentielle et rien de plus. » Il a déclaré que la divulgation de ZEE mardi était « encore une autre tactique » pour retarder la tenue d’une assemblée générale extraordinaire (AGE).

Par Rajesh Kurup

La lutte entre Zee Entertainment Enterprises (ZEE) et son principal actionnaire, Invesco Developing Markets Fund, se poursuit sans relâche. Un jour après que ZEE a publié une lettre indiquant qu’Invesco avait tenté de faire pression sur son PDG et directeur général, Punit Goenka pour conclure un accord avec les entités d’un grand groupe indien, Invesco a riposté en disant que c’était Goenka et les membres de la famille du promoteur qui avaient négocié un accord potentiel avec Reliance Industries (RIL). ZEE n’avait pas nommé le grand groupe indien mardi mais Invesco a nommé RIL mercredi. Tout en réfutant les accusations de ZEE, Invesco a également ajouté que son rôle était celui d’un « facilitateur ».

« Nous rejetons intégralement les affirmations faites par ZEE dans son communiqué du 12 octobre. Nous notons spécifiquement que l’implication selon laquelle nous, en tant qu’actionnaire, chercherions une transaction pour ZEE qui est dilutive pour les intérêts à long terme des actionnaires ordinaires, y compris nous-mêmes , défie tout simplement la logique », a déclaré Invesco dans un communiqué.

« Le rôle d’Invesco, en tant que principal actionnaire de ZEE, était de faciliter cette transaction potentielle et rien de plus. » Il a déclaré que la divulgation de ZEE mardi était « encore une autre tactique » pour retarder la tenue d’une assemblée générale extraordinaire (AGE).

De son côté, RIL a publié une déclaration déclarant : « Nous regrettons d’avoir été entraînés dans le différend entre ZEE et Invesco. Les reportages dans les médias ne sont pas exacts ». Il a ajouté qu’en février/mars 2021, Invesco a aidé Reliance à organiser des discussions directement « entre nos représentants et Punit Goenka, membre de la famille fondatrice et directeur général de ZEE ».

Dans sa déclaration, RIL a déclaré: «Nous avions fait une large proposition de fusion de nos propriétés médiatiques avec ZEE à des évaluations justes de ZEE et de toutes nos propriétés. Les évaluations de Zee et de nos propriétés ont été établies sur la base des mêmes paramètres. La proposition visait à exploiter les atouts de toutes les entités fusionnantes et aurait contribué à créer une valeur substantielle pour tous, y compris les actionnaires de ZEE ».

La société a déclaré qu’elle s’efforce toujours de poursuivre la gestion existante des sociétés émettrices et de les récompenser pour leurs performances. En conséquence, la proposition prévoyait le maintien de Goenka en tant que directeur général et la délivrance d’ESOP à la direction, y compris Goenka.

« Cependant, des différends sont apparus entre Goenka et Invesco concernant une exigence de la famille fondatrice d’augmenter sa participation en souscrivant à des bons de souscription préférentiels. Les investisseurs semblaient être d’avis que les fondateurs pouvaient toujours augmenter leur participation par le biais d’achats sur le marché », a déclaré RIL. Il a ajouté: «Chez Reliance, nous respectons tous les fondateurs et n’avons jamais eu recours à des transactions hostiles. Donc, on n’est pas allé plus loin ».

La lutte entre ZEE et Invesco a commencé depuis le 11 septembre lorsque cette dernière a envoyé un avis de réquisition à ZEE, lui demandant de convoquer une AGE et d’expulser Goenka et deux autres administrateurs, et d’introniser six nouveaux administrateurs de son choix.

« L’intérêt récent de Sony, ainsi que l’intérêt antérieur de Reliance, devraient rappeler à tous les actionnaires de ZEE l’énorme valeur qui réside dans cette société, contrairement à ses performances lamentables sous la direction et le conseil d’administration actuels au cours des dernières années. quelques années », a déclaré Invesco.

Invesco (anciennement Invesco Oppenheimer Developing Markets Fund) – qui, avec sa filiale OFI Global China Fund détient une participation de 17,88 % dans ZEEL – a également déclaré avoir fait des « efforts sincères » au cours des deux dernières années pour remettre ZEE en bonne santé.

ZEE avait déposé une plainte devant la Haute Cour de Bombay pour déclarer « invalide » l’avis d’AGE d’Invesco, qui a été soumis à une audience mercredi et a été ajourné au 21 octobre.

Obtenez les cours boursiers en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

Share