Nous sommes sans défense face à l’impact d’un gros astéroïde

04/05/2021 à 15:34 CEST

Si un astéroïde s’approchait dangereusement de la Terre ces jours-ci, aucune des technologies actuellement disponibles ne serait en mesure d’arrêter l’impact, comme déterminé à partir d’une simulation menée par des spécialistes de la NASA et de l’ESA. Cependant, la menace pourrait être détectée suffisamment tôt pour évacuer la population touchée.

Des experts des deux agences spatiales ont mené un exercice d’une semaine, développant une simulation informatique dans le but d’arrêter la menace d’un astéroïde fictif capable de détruire Europe. Au-delà des caractéristiques du test, ce qui importe ce sont ses conclusions: avec les technologies disponibles aujourd’hui, un impact de cette ampleur serait impossible à arrêter.

Selon une publication de la NASA, l’exercice réalisé le mois dernier visait à évaluer la capacité d’action réelle de la NASA et de l’ESA face à un événement aux caractéristiques similaires. Presque comme si c’était le scénario d’un film de science-fiction apocalyptique, les participants au test recevaient chaque jour de nouvelles informations sur l’orientation, la trajectoire et les dimensions de l’astéroïde, qui devenait ainsi de plus en plus dangereux.

Le Double Asteroid Redirection Test (DART) sera la première démonstration par la NASA d’une technologie de déviation d’astéroïdes. Le lancement du projet est prévu cette année. Il impactera l’astéroïde Dimorphos à l’automne 2022 pour changer son orbite. Ce faisant, il testera une technologie qui pourrait être utilisée pour dévier les astéroïdes sur une trajectoire de collision avec la Terre. Crédit: Laboratoire de physique appliquée JHU.

Un impact possible

Dans ce cas, la fin ne serait pas celle attendue pour un film ou pour la vraie vie: le scénario hypothétique culmine avec l’impact de l’astéroïde fictif sur l’Europe de l’Est. Cependant, comme indiqué dans un article d’Intéressant Engineering, les conséquences ne semblent pas si fictives si l’on tient compte du fait que les spécialistes ont conclu qu’aujourd’hui il ne serait possible d’évacuer la population qu’avec le temps nécessaire, mais pas d’arrêter l’astéroïde.

Bien que les probabilités réelles d’un impact d’astéroïde sur Terre suffisamment grand pour détruire une ville soient d’environ 0,000001% par an selon la NASA, d’autres données nous obligent à être plus prudents. Par exemple, on sait que les deux tiers des astéroïdes de plus de 140 mètres doivent encore être découverts. En 2019, un astéroïde de la taille d’un terrain de football a été détecté à peine 24 heures avant de passer entre la Terre et la Lune.

Sujet associé: Les astéroïdes transforment le système solaire en table de billard.

Dévier les astéroïdes est l’espoir

Considérant qu’il ne suffirait pas de disposer d’informations à temps sur l’arrivée d’un astéroïde à fort potentiel destructeur pour sauver l’humanité d’une catastrophe quasiment impossible à imaginer, les agences spatiales réfléchissent déjà à de nouvelles technologies qui peuvent offrir d’autres types de solutions.

Dans le cadre du programme DART (Double Asteroid Redirection Test), la NASA travaille déjà sur la déviation des astéroïdes. DART sera la première véritable démonstration d’une telle technologie, qui sera lancée plus tard cette année. L’objectif sera d’impacter l’astéroïde Dimorphos à l’automne 2022, cherchant à modifier son orbite dans l’espace. Si la mission réussit, elle ouvrirait la voie au développement de technologies clés pour éliminer la menace d’astéroïdes potentiellement dangereux, qui se dirigent vers la Terre et sont détectés dans le futur.

Dimorphos a été observé et analysé à l’aide de télescopes au sol qui surveillaient son orbite et mesuraient son évolution dans le temps, ainsi que sa relation avec l’astéroïde le plus proche, Didymos, pour éviter les conséquences sur ce dernier de l’impact sur la cible principale, Dimorphos.

Photo de couverture: Image prise par l’équipage de l’Expédition 59 de la Station spatiale internationale en orbite à 400 kilomètres au-dessus de Québec, Canada. À droite, au centre, le lac en forme d’anneau est situé dans le vestige érodé d’un ancien cratère causé par l’impact d’un astéroïde de 100 kilomètres de diamètre il y a plus de 200 millions d’années. Crédits: NASA, Expédition 59 de la Station spatiale internationale.

Photo de profil: Image capturée par l’équipage de l’Expédition 59 de la Station spatiale internationale en orbite à 400 kilomètres au-dessus de Québec, Canada. À droite, au centre, le lac en forme d’anneau est situé dans le vestige érodé d’un ancien cratère causé par l’impact d’un astéroïde de 100 kilomètres de diamètre il y a plus de 200 millions d’années. Crédits: NASA, Expédition 59 de la Station spatiale internationale.