Nouvelles d’Afghanistan : Des images horribles montrent les blessures de journalistes afghans battus par les talibans | Monde | Nouvelles

Les tensions se sont encore envenimées plus tôt cette semaine lorsque les talibans ont annoncé leur nouveau gouvernement, qui ne comprend aucune femme. Des manifestants furieux sont descendus dans les rues de Kaboul en Afghanistan – un événement couvert par Neamat Naqdi et Taqi Daryabi, qui travaillent pour le journal local Etilaat Roz. Mais les deux journalistes affirment avoir été « arrêtés, insultés et frappés à coups de pied ».

M. Naqdi a déclaré qu’on lui avait dit : « Vous avez de la chance de ne pas avoir été décapité ».

Le journaliste afghan aurait été arrêté après avoir pris des photos de la manifestation, sur laquelle des combattants talibans lui ont dit qu’il « ne peut pas filmer ».

M. Naqdi a réussi à remettre son appareil photo à quelqu’un à proximité avant qu’il ne puisse être pris, mais il a déclaré que trois combattants talibans l’avaient attrapé et escorté jusqu’au poste de police.

Les combattants du groupe militant islamiste auraient alors accusé le journaliste d’être à l’origine de la manifestation avant de l’attaquer brutalement.

Il a déclaré avoir été emmené dans une cellule remplie d’autres personnes où il a trouvé son collègue M. Daryabi, qui avait également été arrêté alors qu’il faisait un reportage sur la manifestation.

M. Daryabi a déclaré: « Nous souffrions tellement que nous ne pouvions pas bouger. Ils nous considèrent comme des ennemis. »

Khadim Karimi, rédacteur en chef du même journal où travaillent le journaliste et le photographe, a affirmé que 10 membres des talibans l’avaient battu « à coups de boxe, de coups de pied, de câbles, de tuyaux et de tout ce qui était disponible ».

Il a déclaré : « Je regardais la mort en face.

LIRE LA SUITE: Un graphique stupéfiant met à nu l’échelle de l’immense armée chinoise

« Ils m’ont dit de montrer à mes autres amis qui tournaient.

« Je suis sorti de la pièce en pleurant et tout le monde me regardait et ils avaient l’air désespérés. »

Des dizaines de journalistes ont été battus, détenus ou empêchés de couvrir les manifestations contre les talibans et leurs prétendus soutiens pakistanais, selon des informations.

Les talibans ont pris le contrôle de l’Afghanistan il y a environ quatre semaines le 15 août, le groupe promettant un régime plus tolérant et d’œuvrer pour « la paix et la prospérité du pays ».

Les premières manifestations ont été tolérées par les talibans, mais plus tôt cette semaine, le groupe a déclaré que les manifestations étaient illégales à moins que le ministère de la Justice n’en ait donné l’autorisation.

À peine 24 heures plus tard, mercredi, les combattants ont commencé à briser violemment toutes les manifestations.

Au cours de la semaine, les talibans avaient également exigé des entreprises de télécommunications qu’elles désactivent les services Internet mobiles 3G et 4G dans plusieurs quartiers de la capitale afghane, Kaboul.

Il s’agit d’une décision souvent associée aux régimes autoritaires qui visent à imposer des coupures de presse.

Suite à cette annonce, une manifestation qui devait avoir lieu jeudi a été annulée.

Share