Nouvelles de la Seconde Guerre mondiale : l’Australie a honte de l’accord « imprudent » d’Aukus alors que les craintes de conflit montent en flèche | Monde | Nouvelles

AUKUS : « Le Brexit nous a rendus moins sûrs », déclare Mike Buckley

Convenu le 15 septembre, l’accord d’Aukus entre Canberra, Londres et Washington permet à l’Australie de développer et de déployer des sous-marins à propulsion nucléaire avec l’aide britannique et américaine. Cette décision a provoqué la colère de la Chine et de la France, les syndicats australiens avertissant que l’accord expose le pays à un danger sur plusieurs fronts.

L’Union maritime d’Australie (MUA) a déclaré qu’elle était « totalement opposée » à l’accord d’Aukus.

Embrouillant le Premier ministre australien, le syndicat a déclaré que Scott Morrison aurait dû se concentrer sur la sécurisation des approvisionnements en vaccins Covid et sur l’aide aux Australiens touchés par le verrouillage, au lieu de « poursuivre des accords militaires secrets ».

Le MUA a ensuite ajouté que le pacte de défense « continuerait à aggraver un conflit inutile avec la Chine », affirmant que l’annonce avait déjà conduit à « des marins bloqués sur des navires charbonniers et à la fermeture de certains commerces ».

Ils ont ensuite ajouté : « Les travailleurs n’ont aucun intérêt à la guerre avec la Chine ou tout autre pays.

« Tous les efforts doivent être faits pour poursuivre des relations pacifiques. »

Nouvelles de l’Australie: les syndicats du pays ont qualifié l’accord d’Aukus d' »imprudent » (Image: GETTY)

Le Premier ministre australien Scott Morrison s'adresse aux médias avec la présidente de la Chambre Nancy Pelosi, D-Calif., avant une réunion au Capitole des États-Unis le mercredi 22 septembre 2021

Nouvelles australiennes: MUA a déclaré que  » les travailleurs n’ont aucun intérêt dans la guerre avec la Chine ou tout autre pays  » (Image: PA)

MUA a poursuivi que l’accord d’Aukus pousserait l’Australie à essayer d’obtenir des armes nucléaires à utiliser avec les sous-marins prévus par l’accord.

Le syndicat a ensuite souligné que « des sommes d’argent extraordinaires ont été gaspillées » sur le contrat annulé avec la France, et la livraison de sous-marins nucléaires coûtera probablement beaucoup plus cher au pays que cela.

L’Electric Trades Union of Australia (ETU) a également qualifié la décision de Canberra de rejoindre AUKUS comme une « trahison ».

Le secrétaire adjoint national de l’ETU, Michael Wright, a déclaré que l’accord sape « des générations d’emplois australiens hautement qualifiés, sûrs et bien rémunérés dans la construction navale ».

Il a ajouté : « Il est dangereux et illusoire de compter sur des sous-marins nucléaires pour notre défense. »

LIRE LA SUITE: Les Allemands partagent la frustration française du pacte de sécurité britannique

Sous-marin nucléaire britannique en Corée du Sud Le HMS Artful, un sous-marin à propulsion nucléaire du porte-avions HMS Queen Elizabeth de la Marine royale britannique, est amarré à la base navale de Busan le 12 août 2021

Nouvelles de l’Australie : l’ETU a déclaré qu' »il est dangereux (…) de compter sur des sous-marins nucléaires pour notre défense » (Image: PA)

Le Premier ministre australien Scott Morrison s'adresse aux médias avec la présidente de la Chambre Nancy Pelosi, D-Calif., avant une réunion au Capitole des États-Unis le mercredi 22 septembre 2021

Nouvelles australiennes: Scott Morrison a déclaré qu’il « ne cherche pas à établir une industrie nucléaire » (Image: PA)

Jeudi, M. Morrison a déclaré qu’il concluait un « pacte pour toujours » avec les États-Unis et le Royaume-Uni, mais qu’il annulait également un contrat de 90 milliards de dollars (48 milliards de livres sterling) avec la France.

À l’origine, l’Australie prévoyait d’acquérir 12 nouveaux sous-marins de classe Attack dans le cadre d’un programme avec le groupe naval français.

M. Morrison a insisté : « Permettez-moi d’être clair : l’Australie ne cherche pas à établir une industrie nucléaire ou à établir une capacité nucléaire civile, et nous continuerons à respecter toutes nos obligations de non-prolifération nucléaire.

En réponse, la France a cherché à retarder un accord commercial UE-Australie prévu sur le contrat prévu de 90 milliards de dollars.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a pesé lundi dans la querelle diplomatique et a déclaré que la France avait été traitée de manière inacceptable par les États-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni.

A NE PAS MANQUER

Nouvelles de l'Australie : la Chine a condamné l'accord comme preuve de la

Nouvelles de l’Australie : la Chine a condamné l’accord comme preuve de la « mentalité de la guerre froide » (Image : EXPRESS)

Dan Tehan, ministre australien du Commerce, a minimisé les craintes que la dispute d’Aukus signifie que Canberra n’obtiendrait pas d’accord commercial avec l’UE.

Il a dit : « C’est tout simplement comme d’habitude quand il s’agit de nos négociations sur cet accord de libre-échange.

« Tout indique qu’il est dans l’intérêt à la fois de l’Union européenne et de l’Australie de poursuivre cet ALE.

La France a rappelé ses ambassadeurs à Washington et Canberra, et Florence Parly, ministre française des Armées, a reporté une rencontre prévue avec Ben Wallace, secrétaire à la Défense.

Le président Joe Biden prononce une allocution sur une initiative de sécurité nationale le 15 septembre 2021 dans la salle est de la Maison Blanche à Washington, DC

Nouvelles en Australie : l’accord avec les États-Unis et le Royaume-Uni annule un accord de 90 milliards de dollars avec la France (Image: PA)

La Chine a accusé les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie d’avoir une « mentalité de guerre froide » qui nuirait à leurs propres intérêts.

Le Global Times, géré par l’État, a mis en garde contre une course aux armements pour les sous-marins nucléaires, et a déclaré sinistrement que les soldats australiens seraient probablement les « premiers à mourir » dans une « contre-attaque » chinoise.

Vendredi, le président chinois Xi Jinping a déclaré que les puissances étrangères ne devraient pas être autorisées à s’ingérer dans les affaires du pays.

Selon les médias officiels, il a déclaré : « L’avenir du développement et du progrès de notre pays doit reposer fermement entre nos mains.

Share