Nouvelles de l’UE: “Abolissez l’UE!” Le dernier complot de prise de pouvoir fiscal de Bruxelles se retourne contre lui | Monde | Nouvelles

L’exécutif de l’Union européenne a adopté mardi un plan pour un régime d’imposition des sociétés plus unifié à travers le bloc, dont les 27 systèmes nationaux ont du mal à faire face dans un monde où les affaires transfrontalières, souvent via Internet, sont monnaie courante.

Selon sa proposition, certaines grandes entreprises opérant dans l’UE devraient publier leurs taux d’imposition effectifs pour assurer une plus grande transparence, et il y aurait de nouvelles mesures anti-évasion fiscale pour lutter contre l’utilisation abusive des sociétés écrans.

Paolo Gentiloni, commissaire européen à l’économie, a déclaré dans un communiqué: “Il est temps de repenser la fiscalité en Europe.

“Alors que nos économies passent à un nouveau modèle de croissance … nos systèmes fiscaux doivent également s’adapter aux priorités du 21e siècle.”

Les gouvernements du monde entier cherchent désespérément à générer des revenus supplémentaires pour reconstruire leurs économies ravagées par la pandémie, et la fiscalité des entreprises est devenue une cible évidente après des décennies de déclin.

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) doit convenir en juin de règles mondiales sur les endroits où taxer les grandes multinationales comme Google, Amazon ou Facebook, et à quel taux minimum effectif.

L’OCDE vise à empêcher les gouvernements de réduire les taux d’imposition de manière compétitive pour attirer les investissements et à créer un moyen d’imposer les bénéfices dans les pays où se trouvent les clients, plutôt que là où une entreprise installe son bureau à des fins fiscales.

La Commission européenne prévoit d’utiliser l’accord de l’OCDE comme tremplin vers des règles plus unifiées pour la fiscalité des entreprises dans toute l’UE.

Son plan s’attaquerait également au biais de la dette sur capitaux propres dans la fiscalité actuelle des entreprises, en encourageant les entreprises à financer leurs activités par des capitaux propres plutôt que par la dette.

LIRE LA SUITE: Michel Barnier dit que la Grande-Bretagne doit être plus respectueuse de l’Europe

«Mais alors comment gérez-vous les représailles américaines?

«Pour moi, ça pue les slogans publicitaires habituels!

“Moins de réclamations et plus de faits!”

Et un autre: «Ce système est évidemment en contradiction avec le projet européen.

“Il est convenu de faire croître les pays derrière les autres, mais les coûts de main-d’œuvre et autres taxes ne peuvent pas avoir des deltas supérieurs à 15 pour cent.”

Quelqu’un d’autre a fait des comparaisons avec le système américain. Ils ont dit: «Vous savez très bien qu’il n’existe même pas aux USA qui est un état fédéral, il y a des impôts fédéraux mais le gouvernement fédéral ne s’impose pas sur le régime fiscal des états.

“Il y a des États aux États-Unis qui sont des paradis fiscaux avec le secret bancaire. Vous le savez bien.”

D’autres étaient plus drastiques: “Pour une taxe juste, il faut abolir l’UE”.

Le dernier plan de la Commission européenne sera désormais soumis aux États membres et aux législateurs de l’UE pour approbation.

Ses projets de règles d’imposition des entreprises dans l’UE ont déjà échoué, car la fixation des taux d’imposition est une prérogative jalousement gardée des parlements nationaux.