Nouvelles Nouvelles: Dernières Nouvelles Nouvelles, Nouvelles indiennes Nouvelles et mises à jour

L’approche de l’école-santé vise à faire progresser la santé, la nutrition, la santé mentale et le bien-être général des enfants et adolescents d’âge scolaire, des enseignants et des autres membres du personnel.

UNESCO, UNFPA, UNICEF, PAM, OMS, santé, éducationLes normes mondiales pour les écoles-santé et leur mise en œuvre ont été élaborées en collaboration par l’OMS, l’UNESCO et des groupes d’experts pour soutenir la santé et l’éducation en tant qu’approche centrée sur la communauté.

Afin de garantir que les écoles restent opérationnelles et bien préparées aux futures urgences, les ministres de la santé et de l’éducation des pays de la région de l’Asie du Sud-Est de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les chefs des agences des Nations Unies se sont engagés à promouvoir des écoles-santé pour des générations et des sociétés plus saines.

Les normes mondiales pour les écoles-santé et leur mise en œuvre ont été élaborées en collaboration par l’OMS, l’UNESCO et des groupes d’experts pour soutenir la santé et l’éducation en tant qu’approche centrée sur la communauté.

L’OMS et l’UNESCO ont lancé une nouvelle initiative « Faire de chaque école une école-santé » le 22 juin 2021, dirigée par le Directeur général de l’OMS et de l’UNESCO.

L’initiative Écoles promotrices de santé devrait desservir plus de 2,3 milliards d’enfants d’âge scolaire et 362 millions d’adolescents (10 à 19 ans) dans la Région OMS de l’Asie du Sud-Est et contribuera à la réalisation des objectifs de développement durable dans les domaines de l’éducation. et la santé.

« La pandémie est un rappel fort de l’importance de maintenir des systèmes éducatifs solides qui soutiennent les objectifs interdépendants d’éducation et de santé pour tous les enfants et adolescents, sans laisser personne de côté, dans des circonstances normales ainsi que dans des situations d’urgence comme cette pandémie », a déclaré le Dr. Poonam Khetrapal Singh, directeur régional de l’OMS pour l’Asie du Sud-Est, qui a convoqué une réunion des chefs d’agences partenaires de l’UNESCO, de l’UNFPA, de l’UNICEF et du PAM, et des ministres de la santé et de l’éducation de la région sur les écoles-santé.

Lors de la réunion interministérielle de trois jours qui a commencé ce matin, les ministres de la santé et de l’éducation des pays de la Région OMS de l’Asie du Sud-Est ont adopté un « appel à l’action » pour intensifier la mise en œuvre de programmes de santé scolaire complets qui promeuvent la santé et le bien-être d’enfants et d’adolescents.

En prélude à la réunion ministérielle, la direction régionale de l’UNESCO, de l’UNFPA, de l’UNICEF, du PAM, de l’OMS a organisé un sommet et délibéré sur le renforcement des programmes de santé scolaire dans la Région. Les dirigeants régionaux ont signé une « déclaration conjointe des Nations Unies sur le renforcement de l’éducation, de la santé scolaire, de la nutrition et du bien-être » pour plaider collectivement en faveur d’une génération en meilleure santé et fournir un soutien technique conjoint harmonisé aux pays.

L’approche de l’école-santé vise à faire progresser la santé, la nutrition, la santé mentale et le bien-être général des enfants et adolescents d’âge scolaire, des enseignants et des autres membres du personnel. Étant donné que les enfants et les adolescents passent la plupart de leurs années de formation à l’école, la promotion d’un comportement sain dès la petite enfance dans le cadre scolaire profitera à leur santé immédiate et future dans leur vie adulte, ainsi qu’à la santé et au bien-être de leurs familles et de leurs communautés au sens large.

« La pandémie a exacerbé les inégalités et affecte de manière disproportionnée les enfants les plus marginalisés et défavorisés de la région. Les enfants apprennent moins et de nombreux services de santé et de nutrition qui étaient autrefois fournis par les écoles ont cessé. Les fermetures d’écoles et l’isolement ont eu de graves conséquences sur la santé mentale des enfants et les exposent à l’exploitation et aux préjudices. Nous devons agir de toute urgence pour réintroduire les enfants à l’école en toute sécurité tout en veillant à ce que l’apprentissage se poursuive sans interruption pour les enfants du monde entier », a déclaré George Laryea-Adjei, directeur régional de l’UNICEF pour l’Asie du Sud.

Avec la pandémie et les fermetures prolongées d’écoles ayant un impact significatif sur l’éducation, la santé et la nutrition, les pays membres et les partenaires ont discuté de la priorité à la réouverture des écoles, dans la mesure du possible, et de leurs opérations sûres et de leur préparation aux futures épidémies.

« « Construire mieux » à partir de COVID-19 et poursuivre une mission de récupération de l’éducation, nous oblige à repenser la façon dont nous offrons une éducation de qualité et inclusive à tous les enfants et adolescents de la région Asie-Pacifique. Entre autres choses, cela nécessite un investissement urgent dans les programmes de santé et de nutrition scolaires et la création des conditions générales permettant aux apprenants de mener une vie saine », a déclaré Shigeru Aoyagi, directeur du Bureau régional de l’UNESCO pour l’Asie et le Pacifique pour l’éducation.

Les pays membres et les agences partenaires ont discuté des mesures visant à renforcer la collaboration entre la santé, l’éducation et d’autres ministères concernés, les gouvernements locaux et les parties prenantes, y compris les adolescents, afin d’assurer la mise en œuvre de l’initiative des écoles-santé.

« Pour nombre des millions d’élèves de la région asiatique qui reçoivent des repas scolaires, c’est souvent le repas le plus copieux et le plus nourrissant qu’ils prennent chaque jour », a déclaré John Aylieff, directeur régional du PAM pour l’Asie et le Pacifique.

John a ajouté : « Le PAM se félicite de l’engagement renouvelé des pays de la région à donner à leurs enfants l’accès à la nutrition dont ils ont besoin pour grandir, mentalement et physiquement. Nous avons la possibilité de renforcer nos systèmes scolaires afin qu’aucun enfant ne soit à nouveau obligé d’abandonner l’école à cause de la faim ou de la maladie. »

L’initiative soutient également le besoin immédiat de poursuivre les services de nutrition et de santé dans les écoles, de favoriser l’engagement des jeunes pour une réouverture et un fonctionnement sûrs des écoles et de proposer un programme scolaire intégré comprenant la santé sexuelle et reproductive des adolescents pour une meilleure connaissance de la santé et des compétences de vie.

« Alors que les enfants passent de l’enfance à l’adolescence, ils doivent avoir un environnement scolaire propice qui les aide à faire des choix éclairés sur des questions qui changent leur vie, y compris certains des problèmes les plus personnels de leur vie. Lorsque les jeunes sont dotés des compétences nécessaires pour prendre des décisions éclairées et exercer leurs droits, ils sont en mesure de réaliser leur plein potentiel et de contribuer de manière significative à la société en tant qu’adultes responsables », a déclaré Björn Andersson, directeur régional de l’UNFPA Asie et Pacifique.

Obtenez les cours boursiers en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Share