nouvelles préoccupations de Fitch ⋆ Crypto nouveaux médias

La question de l’adoption Bitcoin comme monnaie légale au Salvador continue de susciter de plus en plus d’inquiétudes. Même Note Fitch exprime son avis, appelant le Bitcoin Ley comme risqué.

Selon certaines informations, l’agence de notation internationale a exprimé des inquiétudes quant à la effets négatifs possibles sur les institutions financières et le secteur des assurances si BTC est adopté.

C’était à la mi-juin 2021 lorsque Nayib Bukele, président du Salvador, a annoncé le Bitcoin Ley, donnant cours légal au bitcoin dans le pays à partir du 7 septembre prochain.

Désormais, Fitch Rating spécifie le risque uniquement pour la catégorie financière institutionnelle et assurance :

« L’utilisation du bitcoin pour effectuer des transactions quotidiennes augmenterait l’exposition des institutions à la volatilité du crédit. »

Essentiellement, selon Fitch, le nouveau Bitcoin Ley laisserait aux institutions salvadoriennes deux options pour survivre : conserver leurs crypto-actifs ou convertir l’ensemble de leur infrastructure en échange BTC dès qu’elles les reçoivent.

Même pour les assureurs, la volatilité des prix du BTC pourrait avoir un impact significatif sur la tenue de leurs bilans, augmentant leur risque en capital, ce qui se traduit par des notes de crédit négatives.

Fitch Rating : le Bitcoin Ley au Salvador est une loi précipitée

Selon Fitch Rating, Le Salvador n’est pas encore prêt pour le Bitcoin Ley de Bukele en pratique.

« Il n’est pas clair pour le moment si le cadre réglementaire et opérationnel permettra aux assureurs de convertir immédiatement les bitcoins en dollars américains afin que la période de détention puisse être minimisée. »

Le manque de clarté sur la meilleure façon de gérer l’aspect opérationnel de l’adoption de la BTC conduit également l’agence de notation à évaluer coûts informatiques, opérationnels et administratifs supplémentaires pour les compagnies d’assurance.

Non seulement cela, mais les institutions pourraient également adopter une politique de fiat uniquement et ensuite devoir vendre dès que le BTC est reçu, avec transactions qui impliquent des frais supplémentaires, qui, à leur tour, affectent également les investissements dans des domaines d’activité spécifiques.

Alors que Fitch Rating considère le facteur financier indigne pour le pays, il a ouvert une manifestation anti-bitcoin pour d’autres parties. La semaine dernière, l’ancien fonctionnaire du gouvernement d’El Salvador, Eugenio Chicas, était apparu dans une audience avec des symboles anti-bitcoin.

Share