L’Olympique de Marseille est tombée sous la maille de l’UEFA. Le club de la ligue 1 a en effet été sanctionné par l’UEFA pour violation des règles du fair-play financier. Cependant, ce qui étonne, c’est que malgré cette sanction de la grande instance du football européen, la DNCG n’inquiète pas l’OM. Quelles en sont les raisons ?

Quand la DNCG s’inquiète, l’UEFA ferme les yeux

L’Olympique de Marseille, en violation des règles du fair-play financier de l’UEFA, a été sanctionné d’une amende de 3 millions d’euros. De plus, 15% de ses revenus européens sur les deux saisons à venir seront prélevés par l’UEFA. Malgré ses deux amendes, l’OM n’a nullement été inquiété par la DNCG, gendarme comptable du foot français. Si cela étonne, ce n’est pas la première fois qu’une telle disparité est notée. En effet, malgré le fait que le LOSC a été surveillé deux fois par la DNCG depuis la reprise par Gérard Lopez, il n’a jamais été inquiété par l’UEFA.

Aussi, il y a quelques jours, la DNCG a publié les résultats sur l’examen de la situation des clubs au titre de la saison sportive 2020-2021. Si comme plusieurs autres clubs du championnat français l’OM est épargné, le LOSC, lui, doit encore patienter pour connaître son sort. Obligation aurait été faite à ce dernier de vendre durant le mercato 2020 quelques-uns de ses joueurs. La somme perçue devra atteindre au moins 150 millions d’euros. C’est alors qu’il aura une idée de ce qui lui arrive.

On se demande alors, pourquoi l’UEFA ne demande aucun compte au club du nord, mais préfère rediriger ses yeux sur le club phocéen.

Pourquoi ce « deux poids, deux mesures » ?

Si le FPF inquiète alors que la DNCG ne bronche pas, c’est bien parce que les règlements entre l’Europe et la France ne sont pas harmonisés. En effet, le fair-play financier et la DNCG n’ont pas les mêmes fonctions. Si le premier s’assure de la rentabilité des clubs, la seconde veille à leur solvabilité.

D’après l’article 60 du règlement du fair-play financier, « La différence entre les recettes et les dépenses déterminantes donnent le résultat relatif à l’équilibre financier, qui doit être calculé […] pour chaque période de reporting. ». Il est clair que les clubs ne sont épinglés par le FPF que lorsqu’ils dépensent plus qu’ils ne gagnent.

En revanche, cela n’est pas du ressort de la DNCG. Celle-ci est chargée « d’assurer la pérennité des associations et des sociétés sportives », telles qu’il est mentionné dans la loi n°2012-158 du 1er février 2012. La DNCG s’assure donc de l’équilibre comptable de chaque club, de sa capacité à tenir à long terme. Autrement dit, cette instance veille à leur solvabilité.