Oui, Bush aussi…. | Rapport SGT ⋆ 10z viral

par Karl Denninger, téléscripteur :

Parlez-moi encore de « Bush » et à quel point cette famille dynastique à tête de cochon est merveilleuse…

La Fondation George HW Bush pour les relations américano-chinoises a accepté d’accepter 5 millions de dollars d’un groupe ayant des liens avec le Parti communiste chinois et les efforts de propagande internationale de la Chine, selon un rapport publié samedi.

Pourquoi les personnalités politiques semblent-elles former des « fondations » et refusent-elles de se lancer dans la journée et de vivre leur vie ? Cela semble être un thème récurrent hein?

Peu importe l’ingérence actuelle des puissances étrangères.

Ensuite, nous avons Twitter, dont le PDG a maintenant affirmé que l’accès est un « droit de l’homme ». Ceci, après qu’ils aient banni un politicien nigérian (qui n’a apparemment pas dit raison) et que le gouvernement nigérian en retour ait entièrement banni Twitter. N’est-il pas amusant de voir comment les « droits » sont appliqués de manière sélective en fonction de qui il s’agit ? Une chose qui est un droit ne peut pas être refusée par quelqu’un d’autre, surtout par le biais d’une procédure extrajudiciaire, hein ? Qu’est-ce que tu en dis, Jack ?

LA VÉRITÉ VIT sur https://sgtreport.tv/

Oh, et dit « droits » ne sont pas nécessairement égaux non plus. Twitter interdit la recherche, ils cachent les réponses derrière les boutons « afficher plus » de manière sélective, en fonction de qui vous êtes et de ce que vous dites et plus encore. Autrement dit il n’y a aucun « droit » respecté par Twitter, tout comme il n’y en a pas par la Chine communiste. Plutôt tout dans l’esprit de ces gens est un privilège pour eux d’attribuer comme bon leur semble.

Si Jack affirme que l’accès à un Internet libre et ouvert est un droit, alors lui et son entreprise n’ont aucune autorité pour censurer le discours de qui que ce soit. Jamais. Période. Seul un tribunal a le pouvoir de le faire, après une procédure régulière et uniquement en jetant la partie contrevenante en prison. Où est cette ligne quand le « droit » existe-t-il ? Sans doute quand vous devenir une composante matérielle de la place publique en général, comme Twitter et Facebook et une poignée d’autres l’ont fait.

Ainsi, cela doit s’appliquer à Facebook, Youtube, Google en général (y compris leur programme publicitaire), les registraires de domaine des sociétés d’hébergement Web et autres. Délimiter lorsque vous franchissez ce seuil n’est pas si difficile ; au moment où vous agissez en collusion ou dans un but commun, car toutes ces entreprises vous font entrer dans la pièce de votre propre gré.

Mais bien sûr, Jack ne le voit pas de cette façon, ni les gens de chaque côté de l’allée. La droite prétend que la « libre entreprise » l’emporte sur la liberté d’expression, même lorsque des monopoles se créent et s’organisent délibérément, ce qui, je vous le rappelle, est illégal depuis plus de 100 ans (15 USC chapitre 1) tandis que la gauche prétend muh raciste à chaque fois que quelqu’un dit quelque chose qu’il n’aime pas.

Comment abordons-nous tout cela de manière productive ?

Peut-on légitimement interdire communiste parole? Pas si vous respectez la Constitution. Le premier amendement ne dit rien sauf pour les communistes. Mais malheureusement, ce que nous ne ferons pas, c’est appliquer le corpus de lois existant à ceux qui s’entendent. Plus précisément, la soi-disant « Trusted News Initiative » et l’interaction désormais documentée de Facebook et d’autres avec Fauci est une attaque directe contre ladite Constitution et le premier amendement, qui dès qu’il a touché un organisme gouvernemental est entré dans le domaine de la violation de la Constitution elle-même avec 15 USC Chapter 1 qui a heureusement un existant recours pénal : PRISON.

Jetez Zuck et Jack dans la prison de PYITA et regardez à quelle vitesse tout ce BS se dissout. Ils ont personnellement ont documenté leurs propres violations du 15 USC Chapter 1, et l’interaction de leurs organisations et du NIH de Fauci en ce qui concerne Covid implique directement le premier amendement, comme le gouvernement fédéral n’a pas le droit à diriger ou coordonner la censure. En effet, cela est manifestement inconstitutionnel, peu importe lorsqu’il s’agit d’une collusion criminelle.

Nous n’avons pas besoin de nouvelles lois ; les existants fonctionnent très bien, et non, il n’y a pas non plus de bouclier trouvé dans la section 230.

Lire la suite @ Market-Ticker.org

Share