in

Pas de baisse de prix pour Nintendo Switch aux États-Unis

Nintendo a baissé le prix de la Nintendo Switch en Europe, mais la même remise ne sera pas proposée aux États-Unis. Un porte-parole a déclaré à Stephen Totilo d’Axios que la baisse de prix était spécifiquement destinée à l’Europe et qu’il n’était pas prévu – du moins pas pour le moment – d’offrir une baisse de prix similaire pour les États-Unis.

“L’ajustement du prix commercial concerne uniquement la région européenne. Il n’est pas prévu de modifier le prix de détail suggéré par le fabricant pour aucun modèle de Nintendo Switch aux États-Unis”, a déclaré Nintendo.

Une réduction de prix sur la Switch est également entrée en vigueur au Canada, mais aucune réduction de ce type ne sera disponible pour les acheteurs américains. La console sera toujours vendue 300 $.

Expliquant la baisse de prix pour l’Europe, Nintendo a déclaré que la décision était due aux taux de change et au lancement prochain du modèle Switch OLED en octobre.

Il n’est pas difficile de voir pourquoi Nintendo n’offre pas la Switch aux États-Unis. Cette semaine encore, le NPD Group a annoncé que la Switch était à nouveau la console la plus vendue aux États-Unis en août, dépassant les ventes de la PlayStation 5 et de la Xbox Series X|S.

Au 30 juin, la Switch avait vendu plus de 89 millions d’unités et plus de 630 millions de jeux. Le modèle OLED sera lancé le 8 octobre et représente le plus grand changement apporté à la console portable depuis le Switch Lite en 2019. Le modèle OLED a un écran OLED et d’autres mises à jour, mais ce n’est pas le système Switch Pro qui pourrait ou non être réel. . Pour en savoir plus sur le Switch OLED, consultez l’aperçu de GameSpot, “Nintendo Switch OLED Hands-On: Ce n’est pas le véritable successeur de la console, et c’est très bien.”

Dans d’autres nouvelles, la dernière mise à jour du micrologiciel pour la Nintendo Switch a ajouté la prise en charge Bluetooth.

Prix ​​de la gamme Apple 2021

Tripura Election 2023: le BJP n’a pas tenu ses promesses, nous attaque alors que la gauche regagne du terrain, déclare l’ancien CM Manik Sarkar