Pet Peeves : Sondages LinkedIn – Communauté Business 2

C’est la semaine #B2BPetPeeves (Merci Hank Barnes et ses amis). Ce matin, j’ai commencé à faire défiler mon fil LinkedIn. J’ai répondu à mon premier sondage LinkedIn, « Combien de bénéfices est « assez ? » » Il y avait les choix suivants, 50-100 000 $/an, 100-300 000 $/an, 300-600 000 $/an, 600 000 -1 M$/an.

Hein??????? Je pensais avoir mal lu. Je suis allé voir le revenu net de Microsoft pour son dernier exercice, 61 milliards de dollars. Ensuite, j’ai regardé celui d’Amazon, 21,3 milliards de dollars. Ensuite, Facebook, 10,3 milliards de dollars. Je pourrais y aller, mais vous comprenez.

Que signifie même cette question ? Pourtant, il avait généré 875 votes, 137 « j’aime » et 39 commentaires.

J’ai continué à faire défiler, le suivant a demandé : « Quel est le travail le plus difficile, SDR/AE ? » La seule réponse raisonnable est « Cela dépend… ». Mais est-ce la chose la plus importante à poser sur les performances commerciales ou comment exceller dans chaque rôle ?

J’ai continué à faire défiler, il y en avait un sur « LinkedIn name drop », un autre sur « LinkedIn bots », un autre sur……

En réalité, je ne pense pas avoir déjà vu une enquête LinkedIn qui soit significative, mais les algorithmes LinkedIn favorisent les enquêtes, en les promouvant dans les flux. Et trop de gens ont trop de temps libre pour s’engager dans des conversations dénuées de sens.

Il semble que les stratégies de publication soient davantage conçues pour maximiser l’effet de levier des algorithmes LinkedIn (ou de toute autre plate-forme sociale) plutôt que pour un apprentissage et des discussions significatifs. Mais c’est parce que nous avons été conditionnés à mesurer le succès par les vues, les goûts, les commentaires.

On voit les techniques changer. C’était un style d’écriture appelé LinkedIn « bro-ems ». Ceux-ci semblent être passés maintenant. D’autres mettent en évidence les noms de personnes ayant un grand nombre d’abonnés/une grande visibilité, car cela crée une visibilité auprès des personnes qui les suivent.

Je suis sûr que bientôt, nous trouverons des algorithmes qui s’éloignent des sondages pour quelque chose d’autre qui génère des nombres.

Nous sommes motivés par la maximisation des algorithmes, et moins par la création de sens ou de valeur pour les lecteurs.

C’est un peu comme certaines des mesures de vanité que nous mesurons, comme le nombre d’appels, le nombre d’e-mails, le nombre de communications, etc.

Nous avons tendance à mesurer le succès par les volumes et la vitesse, et non par les résultats que nous créons.

Bon, j’en ai fini de pleurnicher, je pense faire un sondage LinkedIn sur les sondages LinkedIn……..

Auteur : Dave Brock

Suivez @davidabrock

Dave Brock est président et chef de la direction de Partners In EXCELLENCE, une société de conseil mondiale visant à aider les organisations à engager plus efficacement leurs clients. Partners In EXCELLENCE aide ses clients à atteindre les plus hauts niveaux de performance et de productivité dans les ventes, le marketing et le service client. Ils aident les organisations à développer et exécuter des affaires… Voir le profil complet ›

Share