in

Pirelli ’80 -90% ‘pour finaliser ses pneus 2022

Testant ses pneus 2022 sur le circuit de Barcelone, le patron de Pirelli, Mario Isola, a déclaré qu’ils étaient «80-90%» vers la finalisation de leurs pneus 2022.

Trois équipes – Alfa Romeo, Alpine et Red Bull – effectuent les tours du circuit de Catalunya cette semaine alors que Pirelli continue d’évaluer ses pneus 2022.

La saison prochaine, la Formule 1 passera aux pneus de 18 pouces et toutes les équipes auront la possibilité de faire des tests à l’aveugle pour le fournisseur de pneus italien.

À ce jour, la plupart des tests ont été concentrés sur la construction des pneus, Isola affirmant qu’ils y sont à «80-90%» et ont commencé à tester des composés.

«En termes de développement, nous sommes en train de finaliser la construction et le profil», a-t-il déclaré à Autosport.

«Je dirais que nous sommes à 80-90%. La construction est finalisée et nous commençons maintenant une campagne de test sur de nouveaux composés.

«Nous avons déjà un nouveau composé que nous utilisons, un niveau C3 qui fonctionne plutôt bien.

«C’est le premier de la nouvelle famille de composés que nous voulons introduire pour l’année prochaine, avec les caractéristiques requises et convenues dans la lettre cible avec les conducteurs.

«Donc, beaucoup moins de surchauffe. De toute évidence, nous devons valider cela lorsque nous aurons la version finale des voitures. »

Découvrez tous les derniers vêtements d’équipe 2021 via la boutique officielle de Formule 1

Mais avec la Formule 1 introduisant également de nouvelles voitures la saison prochaine, Isola admet que les voitures actuelles ne sont pas en mesure de correspondre aux conditions exactes dans lesquelles les pneus seront la saison prochaine.

Il a expliqué: «Pour le moment, nous utilisons des voitures muletières qui devraient être suffisamment représentatives des voitures pour l’année prochaine. Mais nous savons que les voitures de l’année prochaine seront très différentes.

«Et l’autre point est que quelque chose que nous ne pouvons pas tester lors d’une session de développement de pneus est l’influence du sillage. Nous n’avons qu’une ou deux voitures qui roulent sur la bonne voie, il n’y a pas de circulation adéquate.

«Et nous pouvons donc supposer que lorsque nous concevons un nouveau pneu, un nouveau pneu pour réduire la surchauffe. Et aussi le nouveau package aérodynamique devrait moins souffrir lorsqu’ils suivent dans l’autre voiture.

«Ils devraient garder l’appui, ou perdre un maximum de 10%. C’est une situation complètement différente par rapport à ce que nous avons maintenant, où ils perdent jusqu’à 50% de leur appui, et de toute évidence, ils commencent à glisser. Mais nous n’aurons une réponse que l’année prochaine. »

«Nous avons demandé aux équipes de mettre un niveau d’appui, un poids minimum et une répartition du poids en ligne avec les attentes pour l’année prochaine», a-t-il ajouté.

«Donc, toutes les voitures muletières sont assez bonnes pour tester si elles sont capables de reproduire ce qui se passera l’année prochaine.

«Mais nous avons quelques différences, comme je parlais de surchauffe par exemple, car évidemment nous utilisons les freins qui sont sur les voitures maintenant, pas le nouveau système, et aussi sans couvre-jantes qui affecteront les performances et le chauffage du jante.

«Il y a donc encore des points d’interrogation sur l’année prochaine. Ce que nous essayons de faire, c’est d’avoir des voitures qui soient autant que possible représentatives des performances de l’année prochaine.

Suivez-nous sur Twitter @ Planet_F1 et aimez notre page Facebook

Voici votre meilleur aperçu du prochain concurrent AirPods Pro de Sony

Actions à l’épreuve de l’inflation 2021: où investir lorsque l’inflation est élevée