Pirelli se disculpe des éruptions de Bakou

défaillance des pneus pirelli de baku

Pirelli a exclu mardi tout défaut de production ou de qualité comme cause des éruptions à grande vitesse subies par le leader du championnat de Formule 1 Max Verstappen et Lance Stroll au Grand Prix d’Azerbaïdjan.

La société a déclaré dans un communiqué que les équipes Red Bull de Verstappen et Aston Martin de Stroll avaient suivi les paramètres prescrits par Pirelli lorsque les pneus ont été montés pour la course du 6 juin à Bakou.

Il a suggéré que la façon dont les pneus étaient alors utilisés avait contribué aux incidents. Pirelli a déclaré qu’il avait également examiné d’autres pneus arrière gauche qui avaient fait le même ou plus de tours que les pneus endommagés.

« Le processus a établi qu’il n’y avait aucun défaut de production ou de qualité sur aucun des pneus ; il n’y avait aucun signe de fatigue ou de délaminage », a déclaré la société italienne.

Il a déclaré que les causes des défaillances avaient été clairement identifiées comme étant « une cassure circonférentielle sur le flanc intérieur, qui peut être liée aux conditions de fonctionnement du pneu ».

Cela, a-t-il ajouté, « malgré le respect des paramètres de départ prescrits (pression minimale et température maximale de la couverture) ».

Pirelli l’a déclaré et la FIA au pouvoir avait convenu d’un nouvel ensemble de protocoles, avec une directive technique améliorée distribuée aux équipes, pour surveiller les conditions de fonctionnement pendant un week-end de course.

Red Bull a déclaré dans un communiqué séparé qu’ils avaient travaillé en étroite collaboration avec la FIA et Pirelli et qu’aucune faute de voiture n’avait été trouvée.

« Nous avons adhéré aux paramètres des pneus de Pirelli à tout moment et continuerons de suivre leurs conseils », a ajouté l’équipe leader du championnat.

Pirelli a déclaré après la course qu’ils soupçonnaient que les éruptions pouvaient avoir été causées par des facteurs externes tels que des débris.

Verstappen et Stroll se sont écrasés lors d’incidents distincts après que les pneus arrière gauche ont éclaté soudainement sur la même ligne droite rapide.

« Aucun avertissement ou vibration n’a été détecté et aucun des autres pneus d’un âge similaire ou plus ancien n’a montré de signes d’usure excessive. Nous ne pouvons donc pas exclure que les dommages aient été causés par un facteur externe », a alors déclaré Mario Isola, responsable de la F1 de Pirelli.

Le Grand Prix de France au Castellet, c’est ce week-end. (Reportage d’Alan Baldwin)

Share