Pop Smash n°1 des Miracles avec « Love Machine »

On oublie parfois que Fumée Robinsonle départ à l’amiable de 1972 de les miracles – au terme d’une tournée d’adieu de six mois et environ trois ans après avoir annoncé son départ – n’a pas marqué la fin immédiate du succès du groupe.

La carrière solo de Smokey a rapidement produit un hit du Top 10 R&B aux États-Unis avec « Baby Come Close » et un n ° 1 en 1975 avec « Baby That’s Backatcha ». Mais avec le nouveau chanteur principal, Billy Griffin, fan de Miracles, né à Baltimore, le groupe n’était pas sur le point de prendre le départ mémorable de Smokey.

Si leur premier album de leur groupe original, Renaissance de 1973 (produit par Robinson), n’a produit aucun succès majeur, le second, Do It Baby, a fait monter les Miracles dans le Top 10 soul avec la chanson titre. . La même chose s’est produite avec la chanson titre de Don’t Cha Love It de 1975, alors que le groupe, toujours sur Motown, est passé à un son plus streetwise et plus dur.

Le deuxième LP des Miracles de 1975 était City Of Angels, une séquence de chansons conceptuelle sur le syndrome de la star de Los Angeles, produite par Freddie Perren avec Pete Moore du groupe. Sur le palmarès Hot Soul Singles de Billboard du 18 octobre 1975, il proposait l’irrésistible composition Griffin/Moore qui allait devenir leur signature des années post-Robinson, le fingernapper funk « Love Machine ».

Avec l’engouement pour le disco dans le monde entier, la version complète de l’album a pulsé pendant près de sept minutes, avec Bobby Rogers grognant le crochet « hmmm, ouais » et Ronnie White la récompense « ouais bébé », tandis que Griffin naviguait avec agilité dans la voix principale. Les joueurs de la session de LA sont devenus convenablement funky à la guitare et aux synthétiseurs pendant que le morceau dansait, pour être divisé en deux parties sur le single de Tamla.

Écoutez la liste de lecture Best Motown Songs Ever.

« Love Machine Pt.1 » s’est frayé un chemin jusqu’au n ° 5 du R&B, mais est allé jusqu’au n ° 1 du Hot 100, seulement le deuxième honneur du groupe après le succès tardif de 1970 de « Larmes d’un clown. » Il a fallu près de cinq mois pour le faire, prenant la tête du classement en mars 1976 de l’instrumental funky télévisé de Rhythm Heritage « Theme From SWAT ». .

Quelques semaines plus tôt, « Love Machine » figurait dans le Top 3 britannique, derrière seulement ABBA‘s « Maman Mia » et « Forever and Ever » des pin-ups adolescentes Slik, mettant en vedette un jeune Midge Ure. Il s’est avéré que la durée de conservation du groupe Motown serait terminée dans quelques années, malgré un accord ultérieur avec Columbia, mais pour l’instant, le secteur de la musique croyait toujours aux Miracles.

Achetez ou diffusez « Love Machine » sur l’album City Of Angels de Miracles.

Share