Position du sondage: donner un sens aux élections et aux chiffres de Covid-19

Le tableau ci-joint présente les informations sur les infections au cours des mois de mars et avril.Le tableau ci-joint présente les informations sur les infections au cours des mois de mars et avril.

Des inquiétudes sont exprimées sur l’énorme propagation du coronavirus en raison de deux grands événements – les élections à l’Assemblée et le Kumbh Mela. Des élections ont eu lieu dans quatre États et un UT. En outre, il y a eu des élections panchayat dans l’Uttar Pradesh, qui, étant un grand État, impliquait un grand nombre de personnes. Le Kumbh Mela était spécial car il survient une fois tous les 12 ans, et les gens se sont précipités, espérant peut-être une intervention divine pour les voir à travers, et lorsque le virus est devenu mortel, les gens sont retournés chez eux. Tout cela s’est passé en avril.

Des arguments sont avancés par les analystes sur la question de savoir si ces événements ont propagé le virus ou non, avec leur raisonnement que cela se serait produit de toute façon. L’argument contre-intuitif est que même là où il n’y a pas d’élections, la propagation a été rapide. Le cas du Maharashtra est cité, qui représentait 60% du nombre total de cas supplémentaires en mars, lorsqu’il n’y avait pas eu d’événements.

Il y a aussi des sceptiques qui pensent que les chiffres sont sous-déclarés car les résultats dépendent du nombre de personnes testées. Lorsque la capacité de tester est limitée, il y aura sous-déclaration et la situation deviendra sombre en mai lorsque personne ne voudra cacher quoi que ce soit alors que les résultats des élections seront publiés. Les partis qui ont exhorté les gens à venir à des rassemblements tout au long du mois d’avril les menaceront probablement de rester chez eux ou de subir des conséquences désastreuses. C’est la realpolitik.

Le tableau ci-joint présente les informations sur les infections au cours des mois de mars et avril. L’augmentation du nombre de cas confirmés au cours de ces mois est indiquée et la part des différents États est calculée pour observer les tendances. En mars, il n’y avait pas de mela et les campagnes électorales étaient à petite échelle. Avril a été le mois d’activité intense où les niveaux d’infection ont certainement augmenté.

La propagation à travers les États viendrait ici. Mai serait probablement le mois qui combinera à la fois des verrouillages et des tests et une identification plus poussés des personnes infectées, ce qui sera connu dans quatre semaines. Seuls les États / UT dont la part est supérieure à 1% dans les cas supplémentaires ont été inclus ici. Goa a connu une augmentation marginale de 0,3% à 0,5%, tandis que l’Himachal Pradesh a maintenu un ratio de 0,5%.

En mars, le Maharashtra représentait 60% de la charge de travail; il est entré dans un verrouillage qui a commencé comme des heures de fonctionnement limitées aux couvre-feux de nuit pour finalement un verrouillage complet avec seulement quatre heures de travail autorisées. Le Kerala et le Pendjab ont une part supérieure à 5%, ce qui peut être attribué au retour des NRI, porteurs de nouvelles souches du virus, ou à la suite de l’agitation des agriculteurs en dehors de Delhi pendant les hivers. Le Madhya Pradesh, le Karnataka, le Chhattisgarh, le Tamil Nadu et le Gujarat avaient des parts de 3-4% chacun. De toute évidence, le problème n’était pas répandu, et le Maharashtra était la pollution visuelle. Il a été allégué que les normes de distanciation sociale n’ont pas été suivies et que l’État en a payé le prix.
Avril était très différent.

La raison de la propagation entre les États ne relève certainement pas du domaine de l’économie, en particulier lorsqu’il s’agit d’États qui n’ont été impliqués dans aucun de ces événements du big-bang. Au niveau national, le nombre de cas a augmenté de 6,4 fois, ce qui est inquiétant. Ce multiple a quelques observations intéressantes.

Le premier est le Maharashtra, qui était l’état le plus infecté en mars. Il a été témoin d’un multiple de 2,86 fois en avril; cela signifie que le verrouillage a eu un impact majeur sur la propagation du virus. En fait, le décompte quotidien n’a pas franchi la barre des 70 000 ce mois-ci, même s’il est rarement passé en dessous de 60 000 alors que l’infection se propage dans les intérieurs. Sans surprise, la part du Maharashtra est tombée à 26,7% en avril.

Deuxièmement, les États du nord ont eu tendance à afficher un multiple plus élevé qui se traduit par des parts plus élevées en avril. Le Kumbh Mela trouve généralement plus d’adeptes dans la ceinture hindi que dans les États du sud, ce qui pourrait probablement être une des raisons de cette poussée. L’Uttar Pradesh a fait le pire en termes de nombre, et avec un multiple de 48 avait une part de 9,1% dans le total des nouvelles infections.

Troisièmement, le centre de l’Inde (Madhya Pradesh et Chhattisgarh) s’est mieux comporté même si leurs parts ont augmenté, le multiple étant respectivement de 8,2 et 11,5.

Quatrièmement, dans les États où des élections ont eu lieu, le tableau est mitigé. Au Kerala, la part est restée pratiquement stable à 6%, tandis que pour le Tamil Nadu, la part a augmenté de moins de 1%. Pour le Bengale occidental, il s’agissait d’une augmentation de 1% à 3,4%, ce qui, bien que pas aussi effrayant que dans l’Uttar Pradesh, est préoccupant et doit être surveillé de près. L’Assam a connu une augmentation de 0,1% à 0,5%, alors qu’elle était stable à 0,2% pour Pondichéry.

Cinquièmement, le Gujarat et le Pendjab ont fait mieux avec des multiples de 7 et 2,35, respectivement, et les restrictions mises en place en termes de verrouillage ont contribué dans une certaine mesure à ralentir la propagation.

Sixièmement, d’autres États du sud, l’Andhra Pradesh et le Telangana, ont montré une certaine stabilité avec des multiples de moins de 20. Des verrouillages qui restreignent la libre circulation des personnes contribueraient certainement à éviter que l’infection ne se propage à l’intérieur.

Septièmement, alors que l’Uttarakhand ne semble pas avoir atteint des niveaux inquiétants, le gouvernement doit faire attention car le Kumbh Mela est originaire de cet état et plusieurs fidèles sont venus des intérieurs qui attrapent rapidement l’infection. Le multiple de 24 envoie ici un avertissement. Enfin, Delhi est le seul État après l’Uttar Pradesh à augmenter sa part dans le total des cas de près de 5%.

Du côté positif, il y a eu près de 40 récupérations de lakh en avril, dont le Maharashtra détenait une part de 36%, suivi par Delhi avec 9,3%, Chhattisgarh avec 6,8%, Madhya Pradesh avec 4,6% et Tamil Nadu avec 4,2%.

Le mois de mai sera vraiment crucial et les verrouillages locaux entraîneront un choc négatif pour les entreprises. Mais ils peuvent aider à contrôler la propagation du virus. Certes, c’est un défi plus important que la percolation concerne les intérieurs, qui sont encore plus mal équipés pour traiter les patients que les zones urbaines qui ont été exposées ces derniers temps. La situation est vraiment sombre et le pays doit se préparer à de nouveaux chocs.

Économiste en chef, CARE Ratings, et auteur de «Hits & Misses: The Indian Banking Story». Les opinions sont personnelles

Obtenez en direct les cours des actions de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles des introductions en bourse, les introductions en bourse les plus performantes, calculez votre impôt par calculateur d’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants du marché, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.