Pour les racistes avec les peuples autochtones, ils brûlent des livres de ‘Pocahontas’ et ‘Tintin’ – Las Noticias de Chihuahua – Entrelíneas

Radio-Canada, l’une des plus grandes stations de radio du pays nord-américain, a annoncé un fait qui a suscité beaucoup de controverse : en 2019, 30 écoles du Conseil des écoles catholiques de Providence ont retiré et détruit près de 5 000 livres pour enfants de leurs bibliothèques avec l’argument qu’ils étaient des peuples autochtones « racistes » et stéréotypés.

Il ressort que beaucoup de ces titres ont été brûlés et que leurs cendres ont été utilisées comme engrais dans la plantation d’arbres. De plus, Radio-Canada a indiqué que l’établissement avait diffusé une vidéo étudiante où elle expliquait le processus.

« Nous enterrons les cendres du racisme, de la discrimination et des stéréotypes avec l’espoir de grandir dans un pays inclusif où nous pourrons tous vivre dans la prospérité et la sécurité », a indiqué l’enregistrement, réalisé par Suzy Kies, qui après ce scandale a démissionné de son poste co-président de la Commission des peuples autochtones du Parti libéral.

Tintin en Amérique, Pocahontas et les bandes dessinées de Lucky Luke et Astérix figuraient parmi les œuvres brûlées, selon un dossier de 165 pages consulté par Radio-Canada.

Dans la vidéo, Kies a également souligné que les personnages indigènes étaient présentés dans ces livres comme « peu fiables, paresseux, ivres, stupides… Quand ce type d’image se perpétue dans l’esprit des jeunes, il est difficile de s’en débarrasser . »

Il note que le Providence Catholic School Board avait prévu de procéder à davantage d’autodafés de livres dans ses écoles, mais la pandémie a affecté ce plan.

À la suite de ce scandale, le premier ministre canadien Justin Trudeau a déclaré aux médias qu’il n’était pas en faveur de brûler des livres.

Informations sur le MILLÉNAIRE

Share