Pradhan Mantri Fasal Bima Yojana : L’assurance-récolte en refonte à partir de Kharif 2022, mise en place d’un panel

La prime à la charge des agriculteurs est fixée à 1,5% de la somme assurée pour les cultures rabi et à 2% pour les cultures Kharif, alors qu'elle est de 5% pour les cultures de rente dans le cadre du PMFBY.La prime à la charge des agriculteurs est fixée à 1,5% de la somme assurée pour les cultures rabi et à 2% pour les cultures Kharif, alors qu'elle est de 5% pour les cultures de rente dans le cadre du PMFBY.La prime à la charge des agriculteurs est fixée à 1,5% de la somme assurée pour les cultures rabi et à 2% pour les cultures Kharif, alors qu’elle est de 5% pour les cultures de rente dans le cadre du PMFBY.

Par Prabhudatta Mishra

Dans le but de déployer un Pradhan Mantri Fasal Bima Yojana (PMFBY) remanié à partir de Kharif 2022, le gouvernement a constitué un groupe de travail composé de responsables du Centre, d’États producteurs de cultures clés et de hauts dirigeants de compagnies d’assurance du secteur public pour suggérer « d’une manière durable, financière et modèles opérationnels. Cette décision intervient après que de nombreux États ont abandonné le programme, contrecarrant ainsi l’objectif de protéger les revenus des agriculteurs.

« En vue de parvenir à des capacités de souscription durables des assureurs et à une tarification des primes rationalisée pour réduire le fardeau des subventions pour le gouvernement, le groupe de travail devrait répondre à la demande d’un modèle alternatif », a déclaré une source officielle. Le groupe soumettra son rapport dans six mois.

Dernièrement, le Centre a identifié un durcissement du marché des primes, un manque de participation suffisante aux appels d’offres, une capacité de souscription insuffisante des assureurs comme des problèmes majeurs qui ont eu un impact négatif sur PMFBY lors de la mise en œuvre du programme.

La prime à la charge des agriculteurs est fixée à 1,5% de la somme assurée pour les cultures rabi et à 2% pour les cultures Kharif, alors qu’elle est de 5% pour les cultures de rente dans le cadre du PMFBY. La prime d’équilibre est répartie à parts égales entre le Centre et les États. De nombreux États ont exigé que leur part de la subvention des primes soit plafonnée à 30 % tandis que d’autres exigent que le Centre prenne en charge la totalité de la subvention.

« Le groupe de travail découvrira les raisons des taux de prime élevés et proposera un mécanisme pour les rationaliser, y compris la possibilité de créer un pool de risques », a déclaré une source au ministère de l’Agriculture, ajoutant que le rôle des gouvernements des États devra être défini car ils sont les agences d’exécution. .

Déjà, le Gujarat, l’Andhra Pradesh, le Telangana, le Jharkhand, le Bengale occidental et le Bihar ont quitté le programme, citant le coût de la subvention de prime à leur charge. Alors que le Pendjab n’a jamais mis en œuvre le régime d’assurance-récolte, le Bihar, le Bengale occidental et l’Andhra Pradesh ont leurs régimes en vertu desquels les agriculteurs ne paient aucune prime, mais ils reçoivent un montant fixe d’indemnisation en cas de mauvaise récolte.

Selon les données provisoires de 19 États (à l’exclusion du Karnataka), il y a une baisse de plus de 10 % des inscriptions d’agriculteurs à l’assurance-récolte pendant Kharif 2021 par rapport aux 1,68 crore de la saison dernière.

Le Karnataka n’est pas inclus puisque les données Kharif de l’État de cette année n’ont pas encore été téléchargées sur le portail central. Parmi les principaux États producteurs, à savoir le Chhattisgarh, le Madhya Pradesh, le Maharashtra, l’Odisha, le Rajasthan, le Tamil Nadu et l’Uttar Pradesh, la baisse des inscriptions est de l’ordre de 2 à 75 %.

«C’est certainement une préoccupation car moins de 12% des 14,6 crores d’agriculteurs propriétaires de terres sont couverts par une assurance-récolte pendant le kharif, malgré le fait que 52% des terres agricoles du pays ne disposent pas d’installations d’irrigation assurées et dépendent de la mousson. Aucun autre régime que PMFBY n’assurera un revenu stable pendant les calamités. Ce sera également un grand revers pour l’objectif du gouvernement de doubler les revenus des agriculteurs », a déclaré un cadre supérieur d’une entreprise agro-technologique impliquée dans l’injection de technologie dans le programme.

C’est bien que le groupe de travail ait inclus certains Etats qui sont sortis du PMFBY, a ajouté l’exécutif.

Le groupe nouvellement formé, dirigé par le PDG de PMFBY, aura comme membres les principaux secrétaires (agriculture) du Maharashtra, du Madhya Pradesh, du Rajasthan, du Gujarat, de l’Assam, du Tamil Nadu, de l’Uttar Pradesh et de l’Odisha.

D’autres questions à examiner par le groupe comprennent également une étude détaillée sur la faisabilité d’adopter des approches technologiques appropriées pour le règlement rapide des sinistres en modifiant la méthodologie traditionnelle des expériences de coupe de cultures (CCE) pour l’estimation des pertes.

Share