Près de la moitié des employés de Paradox subissent des « mauvais traitements »

logo paradoxe

Image : Paradoxe / Kotaku

Le site d’actualités technologiques suédois Breakit rapporte des nouvelles sombres de l’éditeur suédois Paradox. Un document divulgué, créé par les syndicats Unionen et Sveriges, suggère un lieu de travail discriminatoire chez Paradox, où près de la moitié des employés déclarent avoir subi un « traitement abusif/incorrect ».

L’enquête, menée par les syndicats suédois, s’est adressée à 133 des 400 employés de l’entreprise et affirme que 44 pour cent ont déclaré avoir subi une forme de « maltraitance ». Parmi les personnes interrogées, 26 pour cent étaient des femmes, où les statistiques sont bien pires : là 69 pour cent ont déclaré avoir « subi un traitement abusif », selon le rapport.

Breakit poursuit en disant – traduit par Google Translate – les résultats du sondage divulgués affirment une « culture du silence » dans l’entreprise, avec « presque personne qui a subi un traitement abusif » estimant que les problèmes ont été résolus de manière satisfaisante.

Tout cela survient quelques jours seulement après la démission surprise du PDG de Paradox, Ebba Ljungerud, bien que le nouveau (et ancien) PDG Fredrik Wester ait nié qu’il y ait un lien entre les résultats de l’enquête et sa décision d’y aller. Elle a cependant vu le rapport avant son départ, selon Breakit, et selon la très brève déclaration de Paradox sur son départ, cela allait en raison de « points de vue divergents sur la stratégie de l’entreprise à l’avenir ».

Breakit poursuit en rapportant que Paradox répond aux nouvelles en menant sa propre enquête interne. Le site indique qu’un e-mail à l’échelle de l’entreprise indiquait au personnel que l’entreprise était « en train de faire appel à une entreprise externe et neutre pour procéder à un examen approfondi de notre processus et à une enquête complète auprès des employés ». Le responsable de la communication de Paradox, Loïc Fontaine, a déclaré au personnel qu’ils combineraient les résultats de cette enquête avec l’enquête des syndicats et qu’ils sont « prêts à agir ».

G/O Media peut toucher une commission

Nous avons contacté Paradox pour savoir comment ils ont l’intention de répondre à cette enquête, au-delà de la simple réalisation d’une autre. Nous mettrons à jour s’ils nous reviennent.

[Update: 10.34] Paradox nous a répondu avec une déclaration. Ils disent,

« De toute évidence, les résultats de cette enquête sont profondément préoccupants. L’équipe de direction veut s’assurer que ces données sont prises en compte, mais prendre des mesures immédiates et directes est juridiquement difficile en raison de la nature informelle de l’enquête (ce qui ne veut pas dire qu’elle est rejetée d’emblée par tous les moyens).

«Comme indiqué à Breakit, nous avons décidé la semaine dernière de confier à une entreprise indépendante un audit de nos processus pour signaler et traiter les cas de discrimination et de harcèlement. Nous leur demanderons également de mener une enquête complète pour nous fournir des données clairement définies et exploitables que nous pouvons utiliser pour apporter des changements percutants.

« À ce stade, nous sommes en train d’embaucher une entreprise indépendante et neutre qui se spécialise dans ce processus ; au-delà de cela, je n’ai pas plus de détails que je peux offrir pour le moment. J’apprécie que vous ayez tendu la main.

Share