in

PSL 2022 sera organisé en janvier-février pour éviter un conflit avec IPL ⋆ .

La prochaine édition de la Pakistan Super League (PSL) se déroulera dans la fenêtre de janvier-février pour éviter un éventuel affrontement avec l’IPL. Le PSL a généralement lieu en février-mars, mais en 2022, l’Australie devrait effectuer une tournée au Pakistan à cette époque, ce qui a forcé le PCB à trouver une nouvelle fenêtre.

Le PCB a confirmé que la septième édition de la PSL se jouera dans la fenêtre de janvier-février, l’année prochaine. Le tournoi devrait commencer début janvier, alors qu’il se poursuivra très probablement jusqu’à la troisième semaine de février. Lahore et Karachi ont été bloqués en tant qu’hôtes du tournoi et ils organiseront 17 matchs chacun. La grande finale du tournoi se déroulera au stade Kadhafi à Lahore. C’est une nouvelle fenêtre que le PCB a été contraint de créer, en raison de la possibilité que le Pakistan accueille l’Australie chez lui.

Ainsi, le défi pour le PCB était de trouver une fenêtre avant ou après la série australienne. S’ils avaient programmé le tournoi après la série australienne, cela aurait signifié un éventuel affrontement avec l’IPL, qui a lieu en avril-mai. Cela aurait pu s’avérer préjudiciable pour le tournoi, étant donné que l’affrontement aurait eu un impact sur les accords de diffusion et la disponibilité des joueurs vedettes. Bien que le PSL 2022 entrera en conflit avec le BBL de l’année prochaine, cela aura probablement un impact sur la disponibilité de certains joueurs notables.

COVID-19 a donné du fil à retordre à la PSL, à peu près comme à tous les autres tournois du monde et a vu le tournoi se dérouler en deux phases lors des deux dernières éditions. Reste à voir comment ça se passera l’année prochaine.

Suivez-nous sur Facebook ici

Restez connecté avec nous sur Twitter ici

Aimez et partagez notre page Instagram ici

Lien source

Sarah Ferguson rompt le silence sur l’interview télévisée de Meghan et Harry – “Oprah m’a aidé” | Royale | Nouvelles

Natation | Jeux Olympiques : le record de Pons en Espagne n’est pas suffisant pour nager dans la finale des 400 styles