Rapid Bucarest revient en première classe après avoir disparu il y a six ans

18/05/2021 à 11:11 CEST

Quique Briz

Il y a six ans, le Rapid de Bucarest il a disparu noyé par une dette de plus de quatre millions d’euros. Après avoir refondé en 2017 la cinquième division du football roumain, il est revenu à la Première division. C’est le troisième club le plus titré du pays et il est considéré comme l’équipe des gitans et des classes populaires.

“J’ai attendu ce moment depuis que nous avons commencé à jouer dans les champs de boue, enfin Dieu a rendu justice”Dit l’entraîneur de l’équipe grenat, Mihai Iosif, dans des déclarations recueillies aujourd’hui par le journal sportif Gazeta Sporturilor. À un jour de la fin de la saison, le Rapid a consommé hier soir sa promotion en Première Division grâce à l’égalité du troisième classé. Mioveni et malgré sa défaite à domicile 1-3 avec lui FCU Craiova.

Bien que le match se soit joué à huis clos, Rapid avait le soutien d’un millier de fans qui se sont rassemblés à l’extérieur du minuscule stade de Chamois, situé à la périphérie de Bucarest. Ce stade, dans lequel il joue temporairement pendant que sa maison est en cours de reconstruction, n’a pas de tribunes à l’arrière et permettait aux supporters d’encourager leur équipe avec des drapeaux et des chants. Et c’est que le Rapid ne reviendra pas seulement à Première division, il retournera également dans son ancienne maison dans le quartier de Giulești avec le stade entièrement rénové.

De nombreuses gloires anciennes du club réunies à la tribune des autorités, dont l’ancien entraîneur du club Image de balise Mircea Lucescu avec son fils. “J’ai vraiment manqué l’atmosphère que les fans créent ici”Il a parlé des fans de Rapid.

Avec 3 titres de champion Oui 13 Coupes de Roumanie, Rapid Bucarest est la troisième équipe la plus titrée du pays après Steaua Oui Bucarest Dynamo. Il a été fondé en 1923 par des cheminots en Grivița, un quartier populaire avec une forte présence de population gitane. Pour cette raison, il est considéré en Roumanie comme l’équipe des gitans et de la classe ouvrière.