Rassemblement de la gamme classique de Razorlight; Annoncez une émission en direct

La gamme classique de Razorlight s’est réunie après 10 ans d’écart. Johnny Borrell, Björn Ågren et Carl Dalemo ont formé le groupe pour la première fois en 2002, avec Andy Burrows le rejoignant en 2004. Le batteur original du groupe, Christian Smith-Pancorvo, a joué sur le premier album de Razorlight en 2004, Up All Night, avec Burrows rejoignant à la suite de sa sortie. . Le quatuor classique Razorlight enregistré Suivi éponyme de 2006 et les feux de glissement de 2008.

Pour célébrer les retrouvailles, le groupe devrait jouer un concert en direct en juin, ce qui promet au groupe de présenter «leurs sorties les plus emblématiques».

Annonçant les retrouvailles sur Twitter, le groupe a écrit: «Après une interruption de 10 ans, Johnny, Carl, Björn et Andy sont de retour ensemble à Razorlight. Pour fêter ça, nous organisons un concert unique diffusé dans le monde entier le 2 juin. »

Parlant de la réunion, Burrows a déclaré: «C’est incroyable. Nous avons passé la semaine ou les deux dernières à répéter. Jouer ces chansons a été une joie absolue. Les émotions qui me traversaient quand nous avons commencé à jouer «America», j’ai oublié de jouer la première moitié de la chanson – c’était totalement dingue. Ça a été incroyable. C’est tellement puissant de jouer ces vieux morceaux. C’est très très spécial. »

Borrell a ajouté: «J’aime vraiment renouer avec Andy et Carl, c’est comme faire à nouveau connaissance avec les gens. J’apprécie ça parce que tu ne veux jamais perdre d’amis. C’est une chose horrible à penser. Cela n’a pas vraiment de sens. Cela me fait vraiment du bien sur le plan personnel.

«Sur le plan créatif – incroyable. Nous avons répété et enregistré en studio. Dès que nous sommes tous les quatre dans la pièce, cela semble tout de suite incroyable. »

Avant la réunion complète, le guitariste Ågren a rejoint Razorlight l’année dernière aux côtés de Borrell, tandis que le dernier album complet du groupe se présentait sous la forme de “ Olympus Sleeping ” en 2018.

Evaluant cet album à sa sortie, NME a écrit: «Razorlight n’est pas là pour sauver le rock – ils ne l’ont jamais été, et ils en sont plus que conscients. Ils ne réinventent pas la roue, mais sortent la Harley du fossé.